Juridique

SAS ou SARL : comment choisir ?

Vous hésitez entre la SAS et la SARL ? Suivez le guide !

La SAS et la SARL sont 2 formes de sociétés commerciales qui ont actuellement la préférence des créateurs d’entreprise. Vous hésitez entre SAS ou SARL ? Découvrez leurs avantages et inconvénients respectifs pour bien choisir !

SAS ou SARL : comparatif en un tableau

SASSARL
Formalités de créationComplexes, rapides, payantesComplexes, rapides, payantes
Liberté statutaireOuiNon
ComptabilitéComplexe
Etablissement de bulletins de salaire
Complexe
Pas de bulletin de salaire
Régime fiscalIS, option IR pour 5 ans maximumIS, option IR pour 5 ans maximum
Régime socialPrésident assimilé salariéGérant majoritaire au régime des TNS
Taux des cotisationsFaible (dividendes) à élevé (rémunération)Moyen
Garantie accidents du travailOuiNon
RetraiteFavorableMoins favorable
Cotisations et protection sociale en l’absence de rémunérationNonOui
Conjoint collaborateurNonOui
ImageModerneTraditionnelle
Tableau comparatif SAS vs SARL

Points communs et critères de choix entre SAS et SARL

Les points communs

La SAS (société par actions simplifiée) et la SARL (société à responsabilité limitée) partagent beaucoup de similitudes.

SAS et SARL sont toutes 2 des sociétés commerciales à responsabilité limitée, c’est-à-dire qu’elles sont des personnes morales à part entière, dotées d’un patrimoine propre : le capital social.

>
Bon à savoir En cas de faillite, vous n’êtes donc responsable qu’à hauteur de vos apports en capital social, vos biens personnels sont protégés (sauf en cas de faute de gestion).

En SAS comme en SARL, les décisions qui concernent la société sont prises de manière collective, à l’occasion d’AG. Capital social et prises de décision sont d’ailleurs les caractéristiques qui les distinguent ces sociétés des entreprises individuelles (EI, EIRL et micro-entreprise).

Autre point commun, les 2 formes de sociétés partagent des formalités de création similaires :

  • rédaction de statuts ;
  • dépôt de capital ;
  • constitution du dossier ;
  • parution d’une annonce légale.

En SARL ou SAS, les règles de comptabilité en outre sont relativement identiques et vous bénéficiez des mêmes options fiscales. Enfin, le coût de création d’une SAS et celui d’une SARL sont relativement similaires.

3 critères de choix principaux

Alors quelle différence entre SAS et SARL ? 3 points principaux les distinguent, soit 3 questions à vous poser comme critères de choix principaux.

Quelles sont vos ambitions ?

1ère différence entre SARL et SAS : l’image que votre société véhicule.

  • La SAS jouit d’une image moderne et dynamique, de nature à attirer les investisseurs. La liberté statutaire offerte en SAS, en outre, permet de faire entrer plus facilement ces investisseurs au capital de la société, dans des conditions quasiment sur-mesure.
  • La SARL conserve une image traditionnelle. Ses modalités de gouvernance et ses règles de fonctionnement sont plus strictement encadrées par la loi, ce qui vous offre l’avantage de la sécurité juridique.

Vous créez un business d’envergure à gros potentiel de développement à l’échelle nationale voire à l’international ? La SAS est mieux adaptée. La plupart des start-up tech, d’ailleurs, optent pour ce statut juridique.

Vous montez à l’inverse un projet à taille humaine, en lançant une activité économique pour gagner votre vie avec une volonté de croissance modérée ? La SARL convient parfaitement à vos ambitions. Les projets familiaux, notamment, sont souvent structurés en SARL de famille. Moins complexe et moins souple, elle est plus sécurisante : vous pouvez tout à fait créer une SARL sans avoir recours à un avocat, sans risque !

Retenez que vous pouvez aussi utiliser certains outils d’aide au choix des statuts, comme chez Legalstart ou Contract Factory par exemple.

Comment voulez-vous vous rémunérer ?

2ème différence majeure : le statut social du dirigeant.

  • En SARL, vous êtes gérant – majoritaire si vous détenez plus de 50 % du capital social. En tant que gérant majoritaire de SARL, vous êtes considéré comme TNS (travailleur non salarié).
  • En SAS, vous êtes président et êtes assimilé salarié.
À retenir Votre statut de dirigeant a des conséquences sur le poids de vos cotisations sociales, et l’étendue de votre couverture sociale.

En SARL, le taux de cotisations est moins élevé (45 % environ) mais l’assiette de calcul prend en compte tous vos bénéfices (rémunérations + une part des dividendes). En SAS, le taux est supérieur (environ 70 %) mais les dividendes ne sont pas pris en compte dans le calcul. A cotisations sociales supérieures, meilleure protection : vous avez légèrement plus d’avantages sociaux en tant que président rémunéré de SAS. Même si les régimes tendent à s’unifier, ce n’est pas encore le cas et donc un critère de choix entre SAS ou SARL.

L’arbitrage dividendes/rémunérations en SAS permet d’optimiser vos charges sociales. La SAS est ainsi réputée plus économique si vous vous rémunérez en dividendes, mais cette solution comporte quelques inconvénients, notamment :

  • En l’absence de rémunération mensuelle, vous ne cotisez pas : vous n’avez aucune couverture sociale.
  • Le versement de dividendes n’intervient qu’une fois par an : vous devez pouvoir vivre avec des revenus faibles tout au long de l’année, et miser sur un versement unique à épargner.

Si vous envisagez de vous rémunérer sur une base mensuelle, la SARL vous coûte moins cher.

Voulez-vous aménager librement les modalités de fonctionnement de votre société ?

Autre critère de choix entre SAS ou SARL : la liberté statutaire.

  • En SARL, la loi fixe des règles de fonctionnement interrogeables.
  • En SAS, vous aménagez librement les modalités de fonctionnement de votre société au moment de rédiger vos statuts – ou dans un pacte d’associés. Notamment : vous pouvez aménager les droits de vote en AG, prévoir ou non des clauses spécifiques pour les cessions d’actions, instaurer une distribution des dividendes non proportionnelle aux actions, organiser librement la gouvernance en mettant en place divers organes de direction… 

Cette rigidité est aussi un avantage en SARL puisque la rédaction des statuts, très encadrée, est plus facile et la prise de risque très modérée. De la même manière, cette souplesse est aussi un avantage en SAS, puisque l’aménagement des clauses statutaires offre plus de liberté dans le fonctionnement de la société et facilite l’entrée des investisseurs.

Les différences entre SAS et SARL à la loupe

Les formalités de création

Pour créer une SARL ou une SAS, vous devez respecter les étapes suivantes : rédaction des statuts, dépôt du capital social, publication d’une annonce légale, envoi de votre dossier d’immatriculation. En SAS, vous ferez particulièrement attention au moment de rédiger les statuts constitutifs : l’aide d’un avocat peut être précieuse pour bien vous sécuriser.

Pour économiser du temps dans la procédure, vous pouvez effectuer les formalités en ligne, voir nos articles à ce sujet :

La comptabilité

Pas de grande différence entre SAS et SARL à ce niveau : vos obligations comptables sont quasiment identiques. Vous veillerez notamment à établir vos comptes annuels, à les approuver en AG puis à les déposer.

Bon à savoir N’oubliez pas qu’en SAS, le président rémunéré est assimilé salarié. Vous devez établir des fiches de paie…

Le régime d’imposition

En SAS ou SARL, vous êtes imposé à l’IS. Vous pouvez néanmoins opter pour le régime fiscal à l’IR pendant les 5 premiers exercices. N’hésitez pas à vous rapprocher d’un expert-comptable pour optimiser votre fiscalité !

Comparez les experts-comptables en ligne
Trouvez l’expert-comptable en ligne adapté à vos besoins

Le régime de TVA

Vous disposez des mêmes options en SARL ou en SAS : franchise en base de TVA sous conditions de CA maximum, ou régime réel.

Les cotisations et la protection sociale

Vous cotisez à hauteur d’environ 45 % de vos bénéfices en SARL. En SAS, vous payez environ 70 % de vos rémunérations au titre des cotisations sociales. En contrepartie, la protection sociale du gérant de SARL est sensiblement moins favorable : pas de garantie accidents du travail et régime retraite légèrement moins avantageux.

Attention ! Si vous privilégiez les dividendes pour vous rémunérer en tant que président de SAS, vos charges diminuent mais votre couverture sociale n’est pas assurée dans les meilleures conditions… Arbitrez en connaissance de cause !

La croissance de votre activité

La SAS facilite le développement de votre structure. En insérant les clauses statutaires adaptées, vous facilitez en effet l’entrée de nouveaux associés ou investisseurs.

Comparez les acteurs du juridique
Économisez jusqu’à 40% sur vos formalités juridiques

FAQ

SARL ou SAS : quelles sont les aides financières ?

Sollicitez des aides financières au démarrage de votre activité ! ARCE et ACRE : vous êtes éligible quelle que soit la forme de votre société.

Quel statut pour le conjoint ?

Seule la SARL permet au conjoint de bénéficier du statut de conjoint collaborateur : il n’est pas rémunéré (une économie de coûts pour la société) mais bénéficie d’une couverture sociale. La SAS n’ouvre pas droit au statut de conjoint collaborateur.

Comment passer de SARL à SAS ?

Pour passer de SARL à SAS, vous devez procéder à la dissolution de votre société puis en créer une nouvelle. Vous pouvez envisager une alternative pour faire évoluer les règles de fonctionnement de votre SARL : modifiez vos statuts ou concluez un pacte d’associés, dans la limite des dispositions légales.

Pouvez-vous bénéficier du régime micro ?

La SAS et la SARL n’ouvrent pas droit au régime avantageux de la micro-entreprise. Sachez néanmoins que le gérant associé unique d’EURL peut opter pour le régime micro.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.