Juridique

Comment créer une entreprise en 2020 ?

Découvrez les 7 étapes pour aborder la création d'entreprise sereinement !

Créer une entreprise, c’est devenir votre propre patron. C’est également une prise de risque à bien mesurer… Vous souhaitez vous lancer ? Suivez les 7 étapes clés pour réussir votre création d’entreprise en 2020 !

Quelques rappels sur la création d’entreprise

En comparaison avec le salariat, la création d’entreprise est un projet tentant : vous développez votre propre projet, vous décidez de vos horaires et de vos congés, vos perspectives de croissance et de salaire sont illimitées… Vous aspirez à l’indépendance ? Vous avez le goût du challenge ? Alors l’entrepreneuriat est sans doute fait pour vous !

Avant de vous lancer, mesurez quand même le risque financier : votre idée de business pourrait ne pas prendre, par exemple. Sachez en outre que vous tirez un trait sur la sécurité de l’emploi : pas de chômage possible en tant qu’indépendant ! Enfin, n’oubliez pas que votre rémunération dépend de votre seul travail – et notamment de votre capacité à trouver des clients…

Qu’est-ce qu’une entreprise ?

La notion d’entreprise n’est pas définie par la loi. Quand on parle d’entreprise, on évoque une activité économique et non la structure qui porte le projet.

À retenir Cette activité économique doit être exercée sous un statut juridique : l’entreprise individuelle ou la société.

C’est votre immatriculation en tant qu’entrepreneur individuel ou société qui vous autorise à exercer et officialise la création de votre entreprise. L’immatriculation, dernière étape de la création d’entreprise, fait en quelque sorte office d’enregistrement auprès des services fiscaux et des organismes sociaux : vous êtes dûment identifié, l’impôt applicable peut être récolté et votre protection sociale assurée en contrepartie de vos cotisations.

Mais créer une entreprise n’est pas simplement l’immatriculation. C’est un projet d’activité indépendante qui englobe de nombreuses étapes que nous verrons par la suite, depuis la définition de votre idée de business jusqu’aux formalités d’immatriculation.

Quelles sont les qualités à posséder pour créer une entreprise ?

Êtes-vous un entrepreneur dans l’âme, ou prêt à le devenir ? Le succès de votre entreprise dépend de vos qualités et de vos compétences. Voici une liste indicative des qualités et compétences à posser pour créer sa propre entreprise :

  • Vous êtes organisé dans votre travail : en tant que chef d’entreprise, vous aurez à gérer de nombreux sujets, dans des domaines variés. Une bonne organisation est essentielle pour ne rien oublier et ne pas se laisser dépasser par l’ampleur de la tâche…
  • Vous êtes un bon “vendeur” : tout au long de la vie de votre entreprise, vos résultats dépendent de votre capacité à trouver des clients, à qui vendre vos produits ou services. Il s’agit pour cela d’avoir des appétences pour le marketing et la communication.
  • Vous avez un bon relationnel : au-delà des clients, vous devrez gérer la relation avec vos collaborateurs (associés, salariés…). La réussite d’un projet se construit souvent à plusieurs, choisissez bien ceux qui y participent et soignez-les !
  • Vous avez une motivation à toute épreuve ! Le parcours d’entrepreneur est semé d’embûches, riche en bonnes surprises… et en déceptions. Un 1er échec ne doit pas vous décourager, vous atteindrez peut-être le succès escompté après plusieurs déconvenues…
  • Vous êtes autodidacte et rigoureux : en tant que chef d’entreprise, vous êtes sur tous les fronts. Juridique, comptabilité, service clients, développement de produits… à moins d’être ultra polyvalent, attendez-vous à vous former vite et bien au gré des nécessités. La rigueur également est une qualité essentielle : vous êtes tenté de partir en vacances tous les 2 mois ? Vous êtes un lève-tard ? Sans vous, peu de chance que votre entreprise tourne parfaitement, soyez-en bien conscient.

Bien entendu, l’expérience et les formations sont des plus. L’argent également : disposer d’un bon capital de départ à investir dans votre projet de création d’entreprise vous ouvre les portes à des aides précieuses. Non seulement vous pouvez vous permettre de payer les conseils d’experts, mais en plus vous craignez moins les fins de mois difficiles – une situation fréquente en pratique les premières années d’activité.

Qu’entend-on par créer une entreprise ?

Créer son entreprise, c’est devenir indépendant en développant un projet d’activité rémunératrice. Tous types de projets sont permis !

  • Vous avez des ambitions dévorantes, et visez une entrée en bourse ?
  • Vous avez une idée innovante pour faire votre place dans le monde des startups ?
  • Vous souhaitez passer d’artisan salarié à indépendant ?
  • Vous finissez vos études de droit et vous voulez vous installer en tant qu’avocat ?
À retenir Créer son entreprise, c’est partir de zéro avec votre propre projet… ou rejoindre un projet existant !

Le modèle de la franchise peut être intéressant pour bénéficier d’un accompagnement et de la notoriété d’un réseau existant. La reprise d’entreprise est également une option à envisager.

En fonction de la nature de votre projet, vous ferez les choix opportuns au gré des étapes : vous associer ou non ? Quel financement ? Micro-entreprise, EI, SCI ou SAS ? Suivez notre guide des 7 étapes simples à suivre quel que soit votre projet de création d’entreprise.

1. Trouver une idée et valider le projet de création d’entreprise

L’idée vient parfois avant la volonté de créer une entreprise. Et parfois le chemin est inverse ! Vous voulez créer une entreprise pour tous les avantages à devenir indépendant ? Il faut trouver l’idée, et la bonne. Quelques pistes pour vous aider :

  • Une activité traditionnelle est sécurisante : créer une marque de vêtements, par exemple, vous assure une sécurité. Les gens auront toujours besoin de se vêtir, et achètent régulièrement de nouveaux vêtements.
  • Une activité innovante peut vous apporter un succès fulgurant : développer une application, proposer des services basés sur une innovation technologique… à vous de trouver le premier l’idée qui révolutionnera les usages du numérique !
  • Vous êtes professionnel libéral ? Pourquoi pas monter un cabinet multidisciplinaire (psychologues pour enfants et orthophonistes, infirmières et sage-femmes, juristes et comptables…), pour vous ouvrir une clientèle plus large…

Faites évidemment en fonction de vos compétences et de vos aspirations : vous êtes bien chez vous ? Trouvez une idée d’activité possible en télétravail (rédacteur web, chambre d’hôtes, ouvrir une boutique en ligne…). Vous avez une formation de coiffeur ? Proposez vos services à domicile pour économiser sur le foncier. Vous êtes expert-comptable ? Créez votre cabinet si vous souhaitez quitter le salariat.

En tout état de cause, le business plan est une étape primordiale avant de vous lancer. Il vous permet d’étudier la concurrence, la faisabilité du projet, les coûts associés… Indispensable pour éviter les mauvaises surprises !

2. Créer son entreprise seul ou avec des associés ?

Lorsque l’idée jaillit et s’affine à plusieurs, il paraît évident de s’associer. Mais souvent le projet de création d’entreprise est individuel. Dans ce cas, faut-il se lancer seul ou prendre des associés ? Quels sont les avantages respectifs des 2 options ?

Créer son entreprise seulS’associer
Aspect psychologiqueLe succès vous revient entièrementVous vous reposez sur quelqu’un : vous avez moins de pression
Aspect financierVous ne partagez pas les bénéficesVous pouvez investir plus d’argent à plusieurs 
Aspect pratiqueVous êtes maître à bord : vous prenez seul les décisionsVous prenez des vacances plus facilement !
Faut-il créer son entreprise seul ou s’associer ?

Le cas échéant, avec qui s’associer ? Attention aux associations de pur “agrément” : s’associer avec des amis ou des membres de sa famille n’est pas toujours une bonne idée, et les désaccords peuvent rompre le lien – au-delà de mettre en péril votre entreprise. Choisissez de préférence des associés complémentaires : misez sur des compétences que vous n’avez pas, un réseau de prospects et d’investisseurs solide, des capacités financières importantes…

À retenir Créer son entreprise seul ne signifie pas travailler seul : vous pouvez tout à fait embaucher des salariés… et même des indépendants comme vous !

En fonction de votre décision, vous n’avez pas les mêmes options au moment de choisir votre statut juridique. Ainsi, céer une entreprise avec des associés vous ferme la porte à l’entreprise individuelle (vous devez créer une société de type SAS, SARL…), tandis que créer une entreprise seul vous offre tous les choix (EI ou société commerciale unipersonnelle). Idem, vous ne pouvez bénéficier du régime micro qu’en EI ou en EURL : la micro-entreprise est donc impossible à plusieurs.

3. Trouver des financements pour votre projet de création d’entreprise

En règle générale, votre projet nécessite des fonds au démarrage – pour acheter du matériel, louer un fonds de commerce ou des bureaux, payer les services de prestataires tiers… Vous aurez également besoin d’argent pour développer votre entreprise à moyen terme.

Quels financements envisager pour la création de votre entreprise ?

Il existe de nombreuses options pour financer une entreprise, dont certaines plus adaptées au moment de la création. En voici les principales :

  • Vos fonds propres : investis dans le capital social ou en compte courant d’associé, ils sont la solution la plus simple pour financer le démarrage de votre entreprise. A condition de disposer d’une capacité financière suffisante…
  • L’emprunt bancaire : coûteux et au bon vouloir de la banque, le prêt reste un bon moyen d’obtenir un financement important.
  • Le crowdfunding : il vous permet non seulement de récolter des fonds, mais aussi de “pitcher” votre projet. Un bon test pour évaluer le succès à venir…
  • Les business angels, le love money et autres investisseurs “silencieux” : certains statuts juridiques vous permettent de faire entrer des investisseurs au capital, sans pour autant perdre le contrôle de votre business. À vous de les convaincre, de déterminer les conditions des actions préférentielles et de bien verrouiller les clauses statutaires.

Avez-vous droit à des aides financières ?

Au-delà des financements publics (BPI notamment), pensez à demander les aides à la création d’entreprise ACRE, ARE, ARCE… Vous pouvez par ce biais bénéficier de vos droits Pôle Emploi acquis précédemment, obtenir des prêts avantageux ou encore vous faire accompagner par des professionnels.

4. Choisir la bonne structure juridique pour créer son entreprise

À cette étape de la création de votre entreprise, vous vous apprêtez à rentrer dans le concret… et à vous heurter aux méandres du droit et de la fiscalité. Pour vous aider à y voir plus claire, nous vous proposons un tableau comparatif des différents statuts juridiques. En résumé :

  • soit vous créez une nouvelle personne morale pour limiter votre responsabilité financière au montant de vos apports (avec une société commerciale, principalement la SARL ou la SAS) ;
  • soit vous créez une entreprise individuelle (EI ou EIRL) pour plus de simplicité.

N’oubliez pas que si vous avez décidé de vous associer (à l’étape n°2 !), vous êtes obligé de choisir la société commerciale.

À retenir Si vous voulez bénéficier du régime micro (plus simple et a priori moins coûteux), vous avez le choix entre EI et EURL.

Entre l’EI, la SAS/SASU ou bien la SARL/EURL, ce sont principalement votre fiscalité et votre régime social qui changent. Ce sera donc le moment d’arbitrer entre une imposition à l’IS ou à l’IR, et entre le statut TNS ou assimilé salarié. Si vous êtes perdu, un professionnel du droit ou un expert-comptable peut vous conseiller et vous accompagner dans votre choix et vos démarches.

Enfin, faites attention si vous vous exercez une profession libérale réglementée. Consulter votre ordre professionnel pour vérifier les statuts juridiques accessibles aux professions libérales.

Comparez les acteurs du juridique
Économisez jusqu’à 40% sur vos formalités juridiques

5. Trouver un lieu où installer son entreprise

Attention, cette étape vous concerne même si vous choisissez de créer une entreprise en télétravail ! On s’explique.

  • Vous devez stocker du matériel dans un entrepôt ? Vous souhaitez installer vos bureaux dans un espace de coworking ? Vous ouvrez une boutique physique pour vendre vos produits ? Vous avez besoin d’un local commercial : il s’agit là d’un besoin purement logistique – et facultatif (vous pouvez vous en passer dans le cadre de certaines activités si vous avez la place pour travailler chez vous).
  • A contrario, vous avez l’obligation de domicilier votre entreprise : il s’agit d’une obligation légale, qui vous concerne quel que soit le statut juridique choisi.

Comment choisir l’adresse de votre entreprise ?

La domiciliation d’une entreprise, c’est fixer une adresse à un lieu dont vous avez la jouissance. En pratique, domicilier votre entreprise sert à :

  • Déterminer le tribunal compétent en cas de litige ;
  • Vous assujettir au régime fiscal du pays, et éventuellement aux réglementations spécifiques en régions (l’Alsace et la Moselle sont soumises à un droit dérogatoire pour certaines mesures) ;
  • Recevoir votre courrier.

En EI, il est fréquent de domicilier son entreprise chez soi ou à l’adresse de ses bureaux ou de son local commercial. En société commerciale, vous avez les mêmes options, sous réserve d’une restriction : seule l’adresse du dirigeant peut être utilisée pour domicilier l’entreprise. Si le dirigeant est locataire de son logement, il faudra préalablement informer le bailleur de la domiciliation de la société.

Retenez aussi que des sociétés de domiciliation existent pour simplifier vos démarches. Elles proposent en outre des adresses prestigieuses, pour véhiculer une bonne image auprès de vos partenaires.

Comment enregistrer votre adresse d’entreprise auprès de l’administration ?

Si vous choisissez l’entreprise individuelle pour votre projet de création d’entreprise, vous devrez renseigner l’adresse de domiciliation au moment de vous immatriculer.

Si vous créez une société, cette adresse constitue le siège social de votre entreprise. Il s’agit d’une clause obligatoire de vos statuts, à enregistrer au greffe au moment de l’immatriculation. Sachez qu’à chaque changement d’adresse, vous devez procéder de nouveau à des formalités contraignantes : faites donc le bon choix de domiciliation dès la création de votre entreprise !

Bon à savoir L’adresse de votre entreprise doit figurer comme en-tête de tous vos documents commerciaux (factures, devis…).

6. Effectuer les apports nécessaires à la création d’entreprise

À l’étape n°3, vous avez réfléchi au financement de votre projet. Vous avez les fonds nécessaires pour démarrer votre activité ? Félicitations ! Vous allez pouvoir payer le coût des formalités de création d’entreprise, acheter vos premiers stocks, louer un local commercial…L’autre aspect financier, qui intervient à cette étape est celui des apports en capital social. Si vous créez une EI, cette formalité ne vous concerne pas, passez directement à l’étape suivante !

Par contre, si vous créez une société commerciale, celle-ci doit avoir un capital social. Il s’agit d’un élément d’identification de votre entreprise, au même titre que l’adresse de son siège social. Le montant du capital social figure de la même manière dans vos statuts de société commerciale. Le capital social est en quelque sorte le patrimoine de votre entreprise, il sert 2 enjeux :

  • C’est le gage des créanciers : la SARL et la SAS sont des sociétés à responsabilité limitée. C’est-à-dire qu’en cas de faillite, vos créanciers ne peuvent pas saisir vos biens personnels : ils ne peuvent se rembourser leurs créances qu’à hauteur du montant du capital social.
  • Il détermine les droits de vote et les droits aux dividendes : en cas de pluralité d’associés, les apports de chacun ouvrent droit à une part proportionnelle de l’entreprise. Votre apport en capital social détermine vos droits pécuniaires et politiques. En société unipersonnelle (SASU ou EURL), vous apportez l’intégralité du capital social, vous votez seul les décisions et vous percevez tous les bénéfices.

Votre capital social en 2 étapes :

  1. Commencez par fixer le montant et la répartition du capital social. Vous pouvez réaliser des apports en argent ou en nature (vous apportez du matériel informatique, un véhicule, un bien immobilier…). La valeur du capital social est fixée librement en SAS et en SARL, vous pouvez en effet créer une société à partir de 1 € ! Mais n’oubliez pas qu’il s’agit du gage des créanciers, votre crédibilité est en jeu… Pour certaines activités, il peut être recommandé de fixer un montant relativement élevé (pour rassurer les banques, les investisseurs, les partenaires commerciaux…). Le montant et la répartition du capital social sont fixés dans vos statuts d’entreprise.
  2. Réalisez les apports en numéraire. Il s’agit de verser l’argent sur un compte dédié, préalablement à l’immatriculation de votre société. Notez que vous pouvez vous contenter de libérer partiellement le capital, à condition de verser le reliquat dans le délai légal.
Bon à savoir Vous pouvez choisir un capital variable, pour éviter les formalités modificatives en cas d’augmentation de capital.

7. Les démarches officielles de création d’entreprise

Vous êtes quasiment prêt, reste à effectuer les formalités d’immatriculation de votre entreprise ! Ces formalités diffèrent selon le statut juridique choisi.

Le cas de l’entreprise individuelle (dont les micro-entreprises)

Pour créer une entreprise individuelle, au régime micro (ou non), les démarches sont simples, rapides et gratuites ! Vous pouvez même procéder à la création d’une micro-entreprise 100% en ligne. En quelques clics, vous renseignez un formulaire et joignez les justificatifs requis. Vous recevez la confirmation de votre immatriculation dans un délai de 1 à 4 semaines : vous pouvez commencer votre activité.

Le cas de la société

Les formalités de création d’une société sont légèrement plus complexes et coûteuses. Comment créer son entreprise en société commerciale ? Respectez les étapes suivantes :

  1. Rédigez vos statuts : vous fixez les éléments d’identification et déterminez les modalités de fonctionnement de votre entreprise. En fonction du statut juridique choisi, votre liberté statutaire est plus ou moins grande.
  2. Nommez le 1er dirigeant, dans les statuts ou par acte séparé. On parle de gérant en SARL et de président en SAS.
  3. Déposez le capital social (cf étape n°6).
  4. Faites publier un avis de constitution dans un journal d’annonces légales.
  5. Immatriculez votre société auprès du greffe du Tribunal de commerce.

Ces formalités vous effraient ? Pas de panique, vous pouvez confier leur exécution à un tiers…

Comment créer son entreprise ? Vos options en 2020

Pour ceux qui se demandent comment créer une entreprise en France, nous avons essayé de résumer vos 3 options pour accomplir ou faire accomplir les formalités :

  • Vous avez le temps et les compétences pour procéder seul : effectuez vous-même les formalités de création d’entreprise. Attention à ne pas faire d’erreur, au risque de ralentir la procédure et de retarder le démarrage de votre activité…
  • Vous avez besoin de conseils : vous hésitez entre plusieurs statuts juridiques ? Vous ne savez pas pour quel régime fiscal opter ? Vous souhaitez insérer des clauses statutaires spécifiques avec création d’actions préférentielles ? Un professionnel (avocat, juriste ou expert-comptable) vous accompagne dans votre projet et accomplit pour vous les démarches de création d’entreprise – moyennant rémunération.
  • Vous souhaitez bénéficier d’une procédure 100% dématérialisée : confiez les formalités de création de votre entreprise à une LegalTech !

La dernière option, qui consiste à créer son entreprise en ligne, est de plus en plus utilisée. Vous payez des frais, soit, mais inférieurs aux honoraires d’un professionnel du droit, et êtes accompagnés dans votre création d’entreprise de A à Z. C’est par contre une option qui conviendra moins dans des projets très complexes.

Quelles démarches après avoir créé son entreprise ?

Vous savez maintenant comment créer votre propre entreprise, mais il est temps de vous partager quelques conseils sur ce qui se passe après. Il reste certaines autres démarches et obligations, variables encore une fois selon votre statut juridique ou votre profession. Il vous faudra une banque professionnelle (facultatif dans le cas des entreprises individuelles) puis jeter un oeil du côté des assurances obligatoires pour les entreprises.

Pour respecter les obligations en matière de facturation ou de comptabilité, vous pourrez envisager des outils ou de l’accompagnement. Un logiciel de facturation vaut bien quelques euros d’investissement par mois, mais vous pouvez aussi opter pour un logiciel de comptabilité plus complet. Enfin, les sociétés commerciales ont des obligations comptables plus strictes que les micro-entreprises, et nous leur recommandons de choisir un expert-comptable (local ou en ligne) pour être sûr d’avoir une comptabilité à jour.

Comparez les experts-comptables en ligne
Trouvez l’expert-comptable en ligne adapté à vos besoins

FAQ

Quel budget pour créer son entreprise ?

Hormis vos frais propres pour démarrer votre activité, prévoyez le coût des formalités de création de votre entreprise. 2 informations à retenir :

  • La création d’une EI au régime micro est gratuite.
  • La création d’une société coûte environ 250 € (frais de publication légale et frais d’immatriculation au greffe). Si vous vous faites accompagner par un professionnel ou une LegalTech, pensez à inclure leurs honoraires…

Comment créer son entreprise si on a peu de budget ?

2 possibilités pour créer son entreprise sans argent :

  • La création d’une EI au régime micro est gratuite.
  • La création d’une société coûte environ 250 € (frais de publication légale et frais d’immatriculation au greffe). Si vous vous faites accompagner par un professionnel ou une LegalTech, pensez à inclure leurs honoraires…

Comment monter son entreprise ?

Monter votre entreprise exige de suivre les étapes clés citées plus haut : réalisez un bon business plan, réfléchissez aux aspects juridiques et financiers de votre projet, et immatriculez votre entreprise !

Faut-il reprendre ou créer une entreprise en partant de zéro ?

À chaque option ses avantages et inconvénients ! Créer une entreprise de zéro est d’autant plus satisfaisant si vous avez un projet qui vous tient à coeur. Le risque : l’idée ne plaît pas au public, auquel cas votre activité ne prend pas. La reprise d’entreprise est a priori plus facile : vous vous appuyez sur une notoriété existante, vous bénéficiez d’équipes déjà en place, le cédant vous transmet son savoir-faire… Mais reprendre une entreprise implique un coût, à budgétiser dans votre plan de financement !

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.