Assurance

Assurance multirisque professionnelle : Le Guide

Tout comprendre de la multirisque professionnelle !

L’assurance multirisque professionnelle représente un contrat incontournable sur le marché. Pour autant, la connaissez-vous bien, et en avez-vous vraiment besoin pour votre activité ?

Tout au long de de cet article, on va s’attacher à démêler le vrai du faux. Vous allez notamment découvrir : 

  • À quoi sert ce type de contrat et à qui elle se destine
  • Quels sont les risques couverts et les garanties incluses
  • La différence avec une assurance responsabilité civile professionnelle
  • Combien coûte une multirisque pro, comment y souscrire, et nos conseils pour faire le meilleur choix en fonction de vos besoins

La multirisque professionnelle : qu’est-ce que c’est, et à quoi ça sert ?

Définition

Une assurance multirisque professionnelle, aussi appelée MRP, est une assurance professionnelle qui couvre les dommages affectant les biens professionnels (matériel, équipements, machines, stock), les locaux et, bien souvent, les dommages que votre entreprise peut causer à des tiers (responsabilité civile). 

>
Bon à savoir Contrat couteau-suisse par excellence, cette assurance protège votre entreprise contre un large panel d’aléas liés à son activité, d’où son nom de multirisque.

La multirisque pro combine donc plusieurs assurances en une, ce qui évite aux dirigeants d’entreprise d’en souscrire plusieurs : ils bénéficient d’un package global, en quelque sorte. Pour faire un parallèle avec une assurance pour particulier, on peut la rapprocher de votre assurance multirisque habitation, qui protège notamment les dommages causés aux biens de votre habitation, ainsi que votre responsabilité civile vie privée.

Quels sont les risques couverts par une multirisque pro ?

L’étendue des risques assurés par une assurance multirisque professionnelle dépend de votre niveau de couverture et des garanties souscrites pour coller au mieux à vos besoins.

Néanmoins, de façon classique, une multirisque professionnelle a tendance à vous protéger face aux risques suivants :

  • Vol
  • Incendie
  • Dégâts des eaux
  • Dommages électriques
  • Vandalisme
  • Bris de glace
  • Catastrophes naturelles et climatiques (grêle, neige, tempête) etc.

En cas de survenance du risque, si vos biens et vos locaux sont détruits ou endommagés, vous serez dédommagé.

Prenons un cas concret d’application, pour y voir plus clair. Imaginons que vous êtes un commerçant, par exemple un vendeur de cycles. Un matin, au moment d’ouvrir votre boutique, vous constatez que vous venez d’être cambriolé : une partie de votre stock de VTT a été dérobé. Dans ce cas, être couvert par une multirisque professionnelle vous assure d’être indemnisé : le matériel dérobé sera soit remplacé, soit remboursé.

Enfin, si vous causez des dommages à un tiers (ex : un de vos clients se blesse en testant l’une de vos machines dans votre showroom), vous serez aussi couvert dans la plupart des cas.

Quelles entreprises sont concernées ?

L’assurance multirisque pro s’adresse à toutes les entreprises, quelle que soit leur statut, leur taille ou encore leur secteur d’activité.

>
À retenir Il n’y a aucune barrière à l’entrée. Même les associations loi 1901 peuvent y prétendre, si elles le souhaitent.

À titre d’exemple, sont donc concernés : 

  • Les commerçants et artisans
  • Les professions libérales
  • Les TPE-PME
  • Les multinationales et grands groupes
  • Les micro-entreprises (ex auto-entreprises)
  • Les exploitations agricoles etc.

Quelle différence avec la RC Pro ?

Dans la grande majorité des cas, les assureurs ont tendance à inclure une garantie responsabilité civile professionnelle (RC Pro) dans leurs contrats multirisques. Attention à ne pas les confondre, car les deux n’ont pas la même finalité.

La RC Pro couvre les dommages causés à un tiers dans le cadre de votre activité professionnelle, ou en cas d’exécution d’une prestation.  Elle permet de vous protéger en prenant en charge les conséquences financières de ces dommages. Elle s’attache souvent à une multirisque pour la rendre encore plus complète, mais vous pouvez aussi la souscrire à part.

Fortement conseillée, la RC Pro permet de ne pas compromettre la pérennité de votre entreprise  en laissant le risque à la charge de l’assureur, qui “remboursera” tout ou partie du préjudice causé. Pourtant, elle est obligatoire uniquement pour certaines professions, comme vous le découvrirez un peu plus tard dans cet article.

Avant d’aborder ce point, arrêtons-nous sur les autres garanties que peut contenir une assurance multirisque pro. La garantie responsabilité civile pro est importante, certes, mais elle est loin d’être la seule, comme vous allez le voir dans la partie suivante.

Quelles sont les garanties incluses dans une multirisque pro ?

Avant d’entrer dans le détail, commençons par définir ce qu’est une garantie. D’après Wikipedia, il s’agit d’”un engagement pris par une compagnie d’assurance de couvrir un ou plusieurs événements déterminés selon les termes du contrat d’assurance.”

La multirisque professionnelle propose de très nombreuses garanties modulables, pour s’adapter aux spécificités de votre métier.

En effet, un fleuriste n’aura par exemple pas les mêmes besoins en couverture qu’un restaurateur. C’est la raison pour laquelle les assureurs ont l’habitude de proposer des offres dédiées, avec options à la carte, en fonction de votre activité.

Parmi les principales garanties présentes dans un contrat d’assurance multirisque professionnelle, on pourrait citer : 

  • La garantie de vos locaux professionnels
  • La garantie de vos biens (stock, matériel, machines etc.).
  • La garantie perte d’exploitation : elle permet à l’entreprise, après un sinistre (ex : incendie ou inondation), “de compenser les effets de la diminution du chiffre d’affaires (source) et de faire face à ses charges fixes en couvrant les frais généraux permanents”.
  • La garantie données informatiques pour vous indemniser face à la perte de matériel et/ou de vos données.
  • La garantie assistance juridique : bénéficiez de conseils juridiques en cas de litige.
  • La protection financière, que vous pouvez faire jouer en cas d’arrêt de travail, dans certains cas.
  • La garantie responsabilité civile professionnelle qui vous protège en cas de dommages causés à un tiers, comme vous l’avez vu précédemment.

Par ailleurs, il est également possible de souscrire des garanties optionnelles, voire propres à votre métier. Par exemple, si vous évoluez dans le domaine de l’hôtellerie-restauration, la garantie sommelier peut vous couvrir en cas de détérioration de bouteilles de vin et d’alcool.

La multirisque professionnelle est-elle obligatoire ?

Une assurance facultative, mais…

Incontournable pour sécuriser la vie de votre entreprise, l’assurance multirisque professionnelle n’est pas obligatoire légalement.

Par contre, certaines assurances – on parle souvent à ce sujet de garanties, comme vous l’avez vu – complémentaires qui la composent peuvent l’être, ce qui entretient souvent la confusion.

Parmi les assurances obligatoires qui font partie du package global (la multirisque pro), on trouve par exemple :

  • L’assurance responsabilité civile professionnelle : oui, encore elle ! Mais attention, il y a encore une subtilité à ce niveau. La RC Pro est uniquement obligatoire pour certaines professions réglementées (professionnels de la santé, du droit, du bâtiment, agents immobiliers etc.). 
  • La garantie décennale, obligatoire pour tous les professionnels du bâtiment. Elle vise à réparer les dommages qui peuvent affecter une construction (dans le neuf ou la rénovation), après la réception des travaux, pendant une durée de 10 ans.
Bon à savoir Pour coller au mieux aux besoins des assurés, les compagnies d’assurance ont pris l’habitude de proposer des packages globaux comportant certaines garanties incontournables en fonction de votre métier.

Même si votre profession n’est pas concernée par une obligation d’assurance, nous vous conseillons d’envisager sérieusement une assurance multirisque pro. Sauf, bien sûr, si votre activité est soumise à très peu de risques ou que vous avez un budget serré.

Dans le cas contraire, n’oubliez pas qu’un aléa est par définition non maîtrisable. Si vous n’êtes pas couvert, vous devrez assumer seul(e) les conséquences financières causées par un sinistre.

Et tout ça peut vite se chiffrer en dizaines, voire centaines de milliers d’euros de dégâts. La pérennité et la viabilité de votre entreprise peuvent très vite se retrouver menacées en cas de coup dur. Pensez-y.

De façon générale, vous cherchez à savoir quelles sont les assurances obligatoires pour votre entreprise ? Consultez notre guide de l’assurance pour les entreprises pour devenir incollable sur le sujet.

Quid de l’assurance multirisque professionnelle auto-entrepreneur ?

En tant que micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur), vous n’êtes pas obligé de souscrire un contrat multirisque pro, sauf si votre profession est réglementée, comme vous l’avez découvert juste au-dessus.

En revanche, on souhaite attirer votre attention sur un point particulier. Même si vous exercez à domicile, vous ne serez pas forcément couvert par votre assurance habitation en cas de dommages. Par exemple, si un incendie détruit les produits que vous vendez sur votre boutique ecommerce, et que vous aviez stocké dans une pièce de votre logement.

Renseignez-vous bien auprès de votre assureur pour connaître toutes les modalités de couverture et vous prémunir, en cas de besoin. En fonction de votre activité et de vos besoins, une multirisque pro peut être fortement conseillée, même si votre profession la rend facultative. 

Combien coûte une assurance multirisque professionnelle ?

Si l’assurance multirisque vous fait de l’oeil, vous vous demandez sûrement quel tarif prévoir pour y souscrire.

Il est impossible de vous livrer un prix ferme et arrêté. Déjà, parce que chaque assureur est libre de fixer les tarifs qui lui conviennent : vous pourrez donc constater d’importantes disparités entre les offres. Ensuite, parce que le montant de la prime – prix de la cotisation payée à l’assureur – que vous devrez acquitter est fonction de plusieurs critères. On vous les présente juste en-dessous.   

Les critères qui vont faire varier le prix

Pourquoi votre collègue commerçant ou entrepreneur paie-t-il une cotisation d’assurance multirisque plus ou moins élevée que vous ? En fait, les facteurs suivants entrent en jeu : 

  • Le secteur d’activité de l’entreprise.
  • La taille de l’entreprise (nombre de salariés) et des locaux. Un micro-entrepreneur paiera une prime moins conséquente qu’une grande entreprise.
  • Le chiffre d’affaires de l’entreprise : plus il est élevé, plus la cotisation le sera aussi.
  • Le nombre de garanties incluses et les risques associés à l’activité de l’entreprise : un professionnel du bâtiment exerce une profession plus risquée qu’un spécialiste du webmarketing : le montant de sa cotisation annuelle sera plus importante car il aura normalement plus de garanties comprises dans son contrat. Attention : plus vous souscrivez de garanties, plus le montant de votre franchise (somme restant à la charge de l’assuré en cas de survenance d’un sinistre) risque aussi de grimper !
  • La valeur des biens à assurer (locaux, matériel) etc.

Des tarifs difficiles à évaluer

Afin de vous donner un ordre d’idées à titre purement indicatif, nous allons quand même vous livrer quelques estimations de prix moyen d’une assurance multirisque professionnelle, même s’il est impossible de se montrer très spécifique.

En effet, les assureurs n’aiment pas vraiment jouer cartes sur table : exposer ses prix, c’est aussi donner des indications à la concurrence, alors ils ont plutôt tendance à éviter cela. Après quelques recherches, nous avons pu relever les tarifs suivants concernant une multirisque pro (tarifs approximatifs) :

  • 400€/an pour un auto-entrepreneur 
  • 90€ à 500€/an pour une profession libérale
  • 2000€/an pour une exploitation agricole

Encore une fois, on insiste : ces prix sont à prendre avec des pincettes. Tout un tas de critères peuvent les faire varier.

>
Notre conseil De façon générale, on ne peut que vous conseiller, pour vous faire une idée précise, de réaliser plusieurs devis en ligne pour trouver le meilleur rapport garanties-prix et une couverture adaptée à vos besoins.

La plupart du temps, il s’agit d’une démarche gratuite, donc vous ne prenez pas trop de risques ! Pensez aussi aux comparateurs d’assurance. Ce n’est pas ce qui manque et ils vous aideront à y voir plus clair.

Comment souscrire une multirisque pro ?

À qui s’adresser ?

Comme indiqué précédemment, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence, pour commencer. 

Traditionnellement, on distingue quatre possibilités pour souscrire un contrat multirisque pro, que ce soit en ligne ou en physique. Tout d’abord, vous pouvez vous adresser à un agent général d’assurances. Ensuite, il est possible d’aller voir ce que propose votre banque.  Pensez aussi aux mutuelles d’assurance et, enfin, aux courtiers. Ces derniers se chargeront de toutes les recherches afin de vous dénicher le contrat le plus adapté à vos besoins avec la compagnie d’assurance la plus avantageuse.

Dans tous les cas, nous vous conseillons de comparer plusieurs propositions, afin de disposer d’un maximum de cartes en mains pour prendre la décision la plus éclairée.

Mais avant de passer à l’action et d’apposer votre signature sur un éventuel contrat, pensez à vérifier certains éléments que l’on vous détaille dans la partie suivante.

Nos conseils pour bien choisir une assurance multirisque professionnelle

Tout est bon pour vous ? Vous souhaitez souscrire une assurance multirisque professionnelle ? Assurez-vous d’abord de vérifier les éléments suivants : 

  • Les garanties proposées correspondent-elles bien aux risques liés à votre activité ? Par exemple, si vous êtes un professionnel du bâtiment, opter pour une garantie décennale sera obligatoire.
  • Le montant de la franchise.
  • Les montants pris en charge en cas de sinistre.
  • Les conditions générales du contrat.
  • La durée de l’engagement etc.
  • Les exclusions et conditions de garantie.
>
Attention Tout cela peut faire varier de façon significative (à la hausse ou à la baisse) le tarif de votre assurance : soyez vigilant(e).

Une fois titulaire de votre contrat, pensez aussi à le réviser régulièrement et à signaler vos changements de situation. Votre entreprise peut être amenée à évoluer au fil du temps (ex : agrandissement de locaux, nouveaux matériels, modification du chiffre d’affaires).

Votre cotisation pourrait ainsi être revue à la hausse (ou à la baisse) et, par ailleurs, vous vous exposez aussi à de nouveaux risques qui pourraient ne pas être pris en charge si vous ne prévenez pas votre assureur. Pensez-y !

Quand et comment résilier un contrat d’assurance multirisque professionnelle ?

Si, pour une raison X ou Y, vous souhaitez vous débarrasser de votre multirisque pro, c’est possible, par exemple si vous avez trouvé une couverture plus avantageuse chez un concurrent. 

Pour autant, on vous conseille quand même de bien peser le pour et le contre, avant. Concernant la résiliation à proprement parler, vous pouvez d’abord l’effectuer à l’échéance, en respectant un préavis légal de 2 mois (sauf exceptions prévues au contrat). Dans la plupart des cas, il suffit d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à votre assureur.

Pour vous aider concernant le contenu à rédiger, sachez que vous trouverez toutes sortes de modèles de lettres de résiliation d’assurance multirisque professionnelle prêts à l’emploi sur Internet.

Bon à savoir Le dispositif prévu par la Loi Hamon, qui permet de résilier votre assurance après un an de couverture, ne s’applique pas dans un cadre professionnel.

Par ailleurs, d’autres cas de figure peuvent vous permettre de résilier votre assurance hors échéance (en respectant un délai de 3 mois à compter de l’événement) :

  • En cas de départ à la retraite.
  • En cas de cessation d’activité (ex : liquidation judiciaire de votre entreprise).
  • En cas de changement de domiciliation du siège social de l’entreprise.

Vous pouvez aussi demander la résiliation de votre contrat d’assurance multirisque pro si l’assureur augmente votre prime ou franchise de façon unilatérale. Enfin, sachez que l’assureur peut aussi résilier votre contrat après un sinistre, à la date d’échéance (et sans motif), ou encore si vous n’avez pas payé votre prime.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.