Activité

Ouvrir un food-truck : Le Guide

Comment ouvrir un food-truck ? On vous dit tout !

Concept né aux États-Unis, le ouvrir un food-truck séduit de plus en plus de Français. Pour ouvrir un food-truck, il est impératif de respecter les diverses réglementations, notamment en termes d’hygiène et de sécurité. Et pour garantir le succès de ce commerce, il faut trouver un bon emplacement et obtenir des autorisations. Il convient également de suivre plusieurs démarches administratives pour créer son food-truck.

Prêt à vous lancer ? Suivez le guide !

Pourquoi ouvrir un food-truck ?

Un secteur porteur

Vous le savez sans doute, les food-trucks, ces restaurants ambulants, font partie du quotidien de la population française. Ils se présentent comme une excellente alternative entre le restaurant classique et le fast-food.

Le food-truck connaît un réel succès récent pour de nombreuses raisons, entre autres le rapport qualité/prix des plats et leur diversité, mais surtout la facilité d’accès pour le consommateur, qui n’a pas forcément à se déplacer. La croissance fulgurante de cette activité est manifeste aussi bien en ville qu’à la campagne. Du fait de sa mobilité et de sa flexibilité, il vous sera plus facile d’atteindre un public plus large, ce qui attire de nombreux entrepreneurs.

>
À retenir Pratique et rapide, ce type de commerce répond ainsi parfaitement aux attentes des consommateurs actuels, ravis de varier un peu les plats, en limitant leur déplacements, puisque de nombreux food-trucks se déplacent aujourd’hui sur les places de villages, les marchés, mais aussi les bureaux des entreprises !

La variété est de mise, et ouvrir un food-truck ne se résume pas uniquement à équiper un camion. Vous devrez, comme un restaurant, choisir un concept : Certains food-trucks se veulent gastronomiques, avec des produits de meilleure qualité, à un coût assez élevé, là où d’autres visent au contraire du bon marché.

Dans tous les cas, l’emplacement est l’un des critères stratégiques pour optimiser la réussite de votre food-truck. Il doit permettre une zone de chalandise suffisante et une facilité de stationnement. Privilégiez la proximité avec les lieux de vie et un axe passant.

Une autre astuce est de vous positionner sur des emplacements différents, en fonction de la clientèle ciblée. Aussi, implantez votre camion-restaurant dans des zones d’activité à midi et dans des zones habitées le soir et le week-end.

Ouvrir un food-truck est à la portée de tous

Il n’existe pas de diplôme spécifique ni de formation pour ouvrir un food-truck, et il n’y en a pas besoin. Évidemment, détenir un CAP cuisine ou un Bac pro en restauration peut s’avérer utile. Idem, posséder une formation en gestion ou en comptabilité peut fortement aider à gérer son activité

À retenir Toutes les personnes qui manipulent des denrées alimentaires doivent quand même suivre une formation à l’hygiène et à la sécurité.

Pour ouvrir un food-truck, vous devez surtout armer de motivation et posséder les compétences d’un gérant d’entreprise. Vous devez aussi vous demander si votre vie personnelle est compatible avec vos objectifs professionnels, car comme tout restaurant, ouvrir un food-truck et le gérer prend énormément de temps.

Attention quand même aussi, lorsque les repas sont préparés à partir de produits frais, le camion-restaurant est considéré comme une activité artisanale. C’est aussi une activité commerciale puisque vous vendez des produits transformés.Pour pouvoir exercer en tant qu’artisan, un stage de préparation à l’installation est requis 30 heures (sauf dispense).

Quelques conseils avant d’ouvrir votre food-truck

Pour vous faire une place dans le monde de la restauration ambulante, il vous faut concocter des repas de qualité et choisir un angle d’attaque. Trouvez un concept qui répond aux demandes des consommateurs et/ou à vos compétences. Misez sur l’originalité, que ce soit dans la composition des plats ou dans leur appellation. Enfin, pensez à soigner la présentation de votre véhicule et de choisir un nom facile à retenir.

Mais avant d’ouvrir un food-truck, une étude de marché s’avère fondamentale. Confrontez votre projet à la réalité du terrain. Prenez connaissance de vos concurrents, des fournisseurs, ainsi que du profil des consommateurs. Vous pourrez ainsi facilement déterminer le meilleur emplacement et les tarifs à appliquer.

Enfin, même si cette activité ne requiert pas de formation, il est évidemment préférable de disposer de quelques connaissances en restauration, ou bien d’embaucher les bonnes personnes si vous souhaitez ne vous occuper que de la gestion.

Quelles sont les formalités juridiques pour ouvrir un food-truck ?

1 – Choisir le statut juridique

Avant de vous lancer, il faudra d’abord déterminer la nature de votre activité : est-ce une activité commerciale uniquement ? Ou commerciale ET artisanale ? Dans la plupart des cas, vous fabriquerez des plats à base de produits frais, et vendrez en même temps des boissons non transformées, ce qui vous placera dans la deuxième catégorie.

Comparez les acteurs du juridique
Économisez jusqu’à 40% sur vos formalités juridiques

Il faudra ensuite choisir votre statut juridique, parmi les différentes formes possibles. Il vous faudra ainsi choisir entre l’entreprise individuelle (avec un régime de micro-entreprise ou non), l’EIRL (l’entreprise individuelle à responsabilité limitée) ou bien la société commerciale (SAS/SARL ou leurs versions SASU/EURL si vous êtes seul associé).

Compte tenu des limites de chiffres d’affaires et de franchise de TVA, la plupart des food-trucks optent pour la société commerciale, mais il peut être judicieux de vous faire accompagner dans le choix de votre structure juridique. Legalstart ou Contrat Factory par exemple possèdent de bons simulateurs pour y voir plus clair.

2 – Créer la structurer juridique

Votre statut est déjà choisi ? Vous devrez aller créer votre entreprise, c’est à dire effectuer les formalités d’immatriculation.

  • Pour une société vous recommandons d’opter pour la création d’entreprise en ligne, plus rapide, et adaptée à un projet d’ouverture de food-truck, plutôt simple en terme de statuts.
  • Pour entreprise individuelle (micro-entreprise ou non), les formalités de création sont plutôt simples (formulaire P0)

Quelles autres obligations et réglementations un food-truck doit-il respecter ?

Pour pouvoir exercer légalement votre activité, il vous faut obtenir les autorisations nécessaires et respecter les réglementations du food-truck.

Obtenir la carte de commerçant ambulant

La carte de commerçant ambulant est obligatoire si vous travaillez en dehors de la commune de domiciliation de votre entreprise. Votre demande doit être adressée au Centre de formalités des entreprises dont vous dépendez.

Faire une déclaration auprès de la DDCPP

Elle est obligatoire pour la vente de nourritures renfermant des produits d’origine animale. Voici le formulaire officiel à remplir.

Demander des autorisations de stationnement

La demande d’autorisation de stationnement fait partie des démarches pour monter un food-truck. Il est indispensable de trouver un emplacement adéquat pour votre véhicule, mais surtout d’avoir le droit d’y stationner. Vous aurez 3 options :

  • Le domaine public – il vous faudra demander un permis de stationnement auprès de la mairie ou de la préfecture
  • Les marchés (ou les halles) – il vous faudra demander une AOT (autorisation d’occupation temporaire) de l’espace public
  • Un emplacement privé (exemple : le parking d’une entreprise) – l’autorisation du propriétaire suffit
>
Attention Il est important de souligner que les autorisations de food-truck sont révocables et valables pour une durée déterminée. Et si vous occupez un lieu non autorisé, vous risquez une amende.

Les obligations concernant votre véhicule

Votre camion doit être conforme aux lois sur les établissements recevant du public (ERP). Il vous faut également contracter une assurance, pour votre véhicule et votre responsabilité civile professionnelle.

Respecter les normes d’hygiène

Les normes d’hygiène pour un food-truck sont similaires à celles d’un restaurant traditionnel (source) Hors dispense, une formation préalable sur l’hygiène auprès d’un organisme agréé est aussi requise (HACCP). En outre, la vente de boissons alcoolisées est soumise à des réglementations spécifiques. Selon le type d’alcool, il vous faudra une licence plus ou moins élevée?.

Les coûts à prévoir pour l’ouverture d’un food-truck

Monter un food-truck implique un investissement important, notamment pour l’acquisition du camion. Il convient aussi de déterminer un chiffre d’affaires prévisionnel en vous basant sur une étude de marché.

En plus de l’achat du véhicule et de son entretien, vous devez prévoir d’autres dépenses pour :

  • Les marchandises ;
  • Les fournitures consommables ;
  • Les emballages pour les commandes ;
  • Les équipements de cuisine ;
  • Le carburant ;
  • Les frais de création d’entreprise ;
  • La création d’un site internet professionnel ;
  • Le budget marketing éventuel
  • Le droit de place ou la redevance pour chaque emplacement ;
  • L’abonnement téléphonique ;
  • Les impôts et taxes ;
  • Les rémunérations et les cotisations sociales ;
  • Les assurances professionnelles.

Le choix du véhicule dépend de votre budget et de la nature de votre projet. Vous pouvez acquérir un camion neuf ou d’occasion, opter pour un crédit-bail ou une location financière.

À retenir Le prix d’un véhicule neuf oscille autour de 100 000 euros, tandis qu’un camion d’occasion coûte entre 15 000 et 50 000 euros.

Pensez enfin à inclure dans vos dépenses les honoraires de l’expert-comptable, le cas échéant.

Comment trouver un financement pour ouvrir votre food-truck ?

Pour être sûr de bien prévoir tous ces coûts évoqués, nous vous conseillons de ne pas hésiter à faire un business plan. Il vous sera aussi nécessaire pour obtenir un financement. Ce document doit inclure :

  • Le compte de résultat prévisionnel ;
  • Le bilan prévisionnel ;
  • Le plan de financement ;
  • Le budget de trésorerie.

Ces éléments serviront à évaluer le fondement et la rentabilité de votre projet. Si vous envisagez de solliciter un prêt, sachez que les banques exigent au minimum un apport de 30 % des besoins de votre entreprise. La durée de remboursement s’étale en général sur une période de 5 à 12 ans.

Ouvrir son food-truck…et après ?

Enfin, et car créer son entreprise n’est que le début de l’aventure, il vous faudra penser aux autres démarches, et surtout choisir les bons produits et services pour gérer votre activité sereinement

Choisir vos solutions d’encaissement

Évidemment, si vous ouvrez un food-truck, il faudra choisir des solutions pour encaisser vos clients. Soyons honnêtes, ils n’auront pas envie de faire la queue, et nous vous recommandons donc de vous équiper en solutions mobiles et rapides. Optez pour un terminal de paiement mobile, et choisissez une caisse enregistreuse tactile pour encaisser vos clients rapidement, tout en respectant vos obligations comptables !

Choisir un compte bancaire

Ouvrir un compte bancaire professionnel est obligatoire dans le cas des sociétés, et facultatif (mais fortement recommandé) si vous optez pour l’auto-entreprise.

Comparez les comptes professionnels
Trouvez la banque adaptée à votre statut et vos besoins bancaires

Choisir une solution comptable

Enfin, comme toute entreprise, il vous faudra absolument tenir une comptabilité à jour. Au choix :

Et voilà pour ce guide ! Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour définir plus précisément votre projet de food-truck, et éventuellement vous lancer !

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.