Activité

Ouvrir une épicerie : 5 conseils pour réussir

Découvrez les étapes et nos conseils pour ouvrir une épicerie (statut juridique, budget...) !

Vous souhaitez ouvrir une épicerie ? Vous ne savez pas si vous devez disposer d’un diplôme, vous ne connaissez pas les réglementations en vigueur ou bien le budget nécessaire pour un tel projet ? On vous dit tout sur les démarches à réaliser pour ouvrir une épicerie sereinement !

Ouvrir une épicerie : quel diplôme ou formation faut-il ?

Bien qu’aucun diplôme ne soit nécessaire, des compétences en gestion, en management et en comptabilité sont plus que recommandées pour réussir votre lancement, mais aussi faire preuve d’une belle âme de commerçant. Vous pouvez également suivre le Stage de Préparation à l’Installation pour vous aider dans vos débuts.

5 conseils pour ouvrir une épicerie 

1- Travaillez le concept

“Épicerie” est un mot qui englobe de nombreux concepts. Les épiceries sont généralement classées en deux groupes bien distincts :

  • Les épiceries fines qui proposent des spécialités et une gamme de produits de qualité supérieure mais plus restreinte (italienne, portugaise, végétarienne, asiatique…).
  • Les épiceries générales autrement appelées « alimentations générales » qui proposent des produits plus variés et qui s’apparentent aux mini-supérettes franchisées comme Spar, Carrefour City, Monoprix…

À cela s’ajoutent des nouveaux genres d’épiceries comme :

  • Les épiceries ambulantes qui sillonnent les routes ou les marchés locaux pour vendre leurs produits. Particulièrement populaires pendant le confinement, ces marchands ambulants ont mis leur concept à profit des personnes qui étaient dans l’incapacité de se déplacer dans leur lieu de courses traditionnel.
  • Les épiceries solidaires ou sociales mises en place pour les personnes en difficultés financières ne sont accessibles que par le biais d’un travailleur social. Ces épiceries proposent des produits alimentaires à prix réduits et ont pour but de créer un lieu d’accueil et de partage.
  • Les épiceries coopératives se basent sur l’engagement d’une communauté. Créées pour lutter contre la désertification des commerces en zone rurale, ces commerces fonctionnent en coopération avec les clients qui deviennent cogérants du magasin.

Le choix de votre concept dépendra des produits que vous souhaitez travailler et mettre en avant mais aussi de la demande à laquelle vous désirez répondre.

Une option intéressante et économique à prendre en compte est l’ouverture d’une épicerie en ligne. Aussi attractive qu’une épicerie physique, l’ouverture de votre boutique en ligne vous permettra de sonder les besoins de votre clientèle avant l’ouverture d’un commerce physique mais aussi de proposer des services comme la réservation en ligne, le click & collect ou encore le visionnage d’un catalogue en ligne.

De plus, il existe aujourd’hui des logiciels de créations de site web comme WordPress ou Shopify qui ont été développés pour que vous puissiez facilement créer votre site e-commerce vous-même.

2 – Réalisez une étude de marché et un business plan

Afin de vous assurer de la viabilité de votre projet, le mieux est de réaliser une étude de marché qui aura pour objectif de déterminer les tendances du secteur, mais aussi votre clientèle cible et votre concurrence.

Pour ce faire, vous pouvez faire des études en réalisant des sondages en ligne qui vous permettront de cibler les besoins de votre clientèle et donc d’ajuster votre projet de la manière la plus pertinente qui soit. Une fois les informations réunies et les données analysées, vous pourrez débuter la rédaction de votre business plan.

Le business plan est une synthèse des conclusions tirées de votre étude de marché. Il présente les aspects essentiels de votre projet, ainsi que les finances prévisionnelles. Il est généralement requis pour obtenir un crédit professionnel, demander un emprunt auprès d’une banque mais il est également un des éléments primordiaux à la constitution de votre dossier de locataire si vous souhaitez installer votre commerce dans un local.

3 – Travaillez vos prévisions financières

Vous devez avoir un budget prévisionnel, pour les 12 premiers mois de votre activité. Estimez vos besoins et ressources pour ne pas avoir de mauvaises surprises ! Il vous suffira alors de préciser les éléments suivants et leurs coûts estimés :

  • la location de votre local commercial (ou achat de ce dernier) ;
  • la réalisation de travaux potentiels pour l’aménager ;
  • le salaire de vos employés ;
  • l’achat du matériel et du mobilier nécessaire ;
  • l’achat de votre stock de denrées ;
  • les taxes.

4 – Trouvez et aménagez le lieu idéal pour votre épicerie

Le choix du local et de son emplacement est un moment crucial du lancement de votre activité. Ce choix n’est pas à prendre à la légère puisqu’il aura un impact dès le début de votre activité mais surtout sur le long terme.

Si vous ouvrez une épicerie en ville, un quartier très fréquenté vous permettra d’avoir une clientèle importante, ce qui fera néanmoins augmenter le prix de vos locaux. Il faudra donc choisir une alternative qui coïncide avec votre budget. Dans le cas d’une épicerie fine, vous aurez tout intérêt à vous implanter dans une zone où la population a les moyens de consommer dans votre boutique.

Si vous souhaitez établir votre commerce en campagne, privilégiez les bourgs ! Vous n’aurez sans doute pas de concurrence d’une supérette locale, et votre enseigne deviendra un incontournable, étant située au cœur de la commune. Vous ne profiterez cependant pas de la même clientèle qu’en ville car les hypermarchés régionaux seront toujours là pour vous concurrencer.

Il vous faudra également choisir entre l’achat et la location. Acheter vous donnera les pleins pouvoirs sur ce que vous souhaitez faire, notamment si vous souhaitez effectuer des travaux tandis que la location sera moins chère mais plus contraignante.

5 – Choisissez entre franchise ou indépendance

Les franchises sont généralement soumises à un cahier des charges qui limite le choix des produits ainsi que l’aspect de votre boutique cependant vous bénéficierez d’une image de marque et de la notoriété de cette dernière.

Seul, il faudra vous faire connaître et effectuer un travail plus conséquent au niveau de l’élaboration et de la communication de votre concept mais l’ouverture d’une épicerie indépendante vous donne la liberté d’en choisir le concept, les critères esthétiques ainsi que le fonctionnement en général.

L’aspect financier est également à prendre en compte :

  • si vous faites le choix de la franchise vous devrez verser un droit d’entrée aussi appelé Redevance initiale forfaitaire (RIF) au franchiseur afin d’utiliser l’image de sa marque et son concept, ainsi qu’un pourcentage de votre chiffre d’affaires ;
  • si vous avez créé votre concept et que vous souhaitez lancer un business indépendant, vous pourrez démarrer votre activité avec un budget moins élevé.

Ces informations vous seront utiles si vous hésitez encore sur le choix d’être franchisé ou indépendant mais nous vous recommandons tout de même de vous tourner vers des professionnels du droit ou de consulter des plateformes juridiques afin de ne manquer d’aucune information sur la création de votre entreprise.

Quel statut juridique pour ouvrir une épicerie ?

Ouvrir une épicerie passe nécessairement par le choix d’un statut juridique adapté. Plusieurs choix s’offrent à vous. C’est une étape importante qui aura des conséquences sur la fiscalité de votre projet, le régime social du dirigeant, et votre responsabilité en cas de faillite.

En résumé :

  • soit vous créez une nouvelle personne morale pour limiter votre responsabilité financière au montant de vos apports (avec une société commerciale, principalement la SARL ou la SAS ou leurs versions unipersonnelles SASU ou EURL) ;
  • soit vous créez une entreprise individuelle (EI ou EIRL) pour plus de simplicité avec éventuellement le statut de micro-entreprise (même si tenir une épicerie en auto-entrepreneur nous paraît peu idéal compte tenu des limites de chiffre d’affaires).

Si vous vous lancez avec des associés, vous n’aurez pas le choix : il faudra créer une société commerciale de type SARL ou SAS. Par contre si vous vous lancez seul vous aurez le choix entre EIRL, EURL ou SASU (ou bien EI sans protection).

Les formalités de création d’une épicerie dépendent bien évidemment du statut choisi. Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous faire accompagner (expert-comptable, avocat…) si vous n’êtes pas à l’aise avec ces sujets, car la phase de création aura un impact sur le bon fonctionnement de votre épicerie, et ne doit donc pas être prise à la légère. Enfin, retenez que pour faire des économies il est toujours possible de créer une société en ligne avec un site spécialisé dans les formalités juridiques.

La réglementation pour ouvrir une épicerie

Tenir une simple épicerie ne nécessite pas de diplôme, cependant il est important de noter que la vente de tabac nécessite une formation de 3 à 4 jours, un casier judiciaire vierge ainsi que la nationalité française ou celle d’un pays européen.

>
Important La vente d’alcool nécessitera une formation obligatoire ainsi qu’une licence de débit de boissons. Cette activité devra être déclarée en mairie.

Vous devrez aussi respecter les normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, ainsi que les normes sanitaires et d’autres particularités comme les normes sur les instruments de pesage.

Les autres obligations pour ouvrir une épicerie

Une fois votre épicerie créée, les choses ne s’arrêtent pas là ! Pour des raisons légales il vous faudra sans doute au moins une des assurances obligatoires ainsi qu’un compte bancaire professionnel (obligatoire en société).

Et pour gérer efficacement votre épicerie, nous vous recommandons a minima de vous équiper d’un lecteur de carte bancaire et d’une caisse enregistreuse tactile.

FAQ

Quelle différence entre épicerie et épicerie fine ?

Une épicerie est un endroit dans lequel on trouve tous les produits alimentaires de base du quotidien, c’est l’équivalent d’un mini-supermarché. Dans une épicerie fine, on trouve également des produits alimentaires, mais de très bonne qualité.

Quelle formation pour ouvrir une épicerie ?

Aucune ! Seuls la vente de tabac, d’alcool ou l’exercice d’une activité artisanale nécessitent une formation.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.