Activité

Ouvrir un gîte : étapes et conseils !

Découvrez nos conseils pour ouvrir un gîte dans les meilleures conditions !

Vous rêvez d’ouvrir votre propre gîte ? La France compte aujourd’hui plus de 700 logements meublés disponibles à la location. Alors, pourquoi pas vous ?

Quelle formation pour ouvrir un gîte ?

Aucune formation n’est nécessaire pour ouvrir un gîte ! Cependant, des compétences en gestion et en relation client seront des atouts très utiles dans cette activité. Vous serez seul dans la gestion de votre établissement, vous devrez alors développer de véritables compétences de couteau suisse. Ainsi une palette de talents très complets est le profil idéal pour réussir dans ce domaine.

La réglementation pour ouvrir un gîte en France

Contrairement aux chambres d’hôtes, un gîte peut recevoir plus de 15 personnes. Cependant, si vous faites ce choix, votre établissement sera considéré comme un Établissement Recevant du Public (ERP). Vous devrez donc vous soumettre aux normes de sécurité et d’accessibilité additionnelles propres aux ERP, plus coûteuses que les normes de base. Vous devrez également déposer un dossier attestant de votre conformité à la réglementation des ERP auprès de la préfecture.

Un contrat de location écrit devra être signé avec chaque client qui visite votre gîte. Ce contrat devra décrire les locaux loués, la situation géographique du site ainsi que les conditions de location. De plus, vous devrez afficher le prix des prestations annexes que vous pourriez proposer. Certaines prestations pouvant qualifier votre gîte comme un hôtel, il faudra faire attention avant de créer votre offre.

Bon à savoir Si vous recevez des clients étrangers, vous devrez obligatoirement leur faire remplir une fiche de police au préalable.

Enfin, si votre gîte n’est pas votre résidence principale, vous allez devoir effectuer une déclaration en mairie.

Du côté de la sécurité, vous devrez également veiller à installer des détecteurs de fumée conformes aux normes les plus strictes dans chaque pièce de votre gîte.

Si vous décidez d’ouvrir un gîte rural, il devra être disponible pendant au moins 3 mois de l’année et occupé au maximum 6 mois. Ce type de gîte doit être la propriété d’un agriculteur ou d’un propriétaire rural, et doit se situer dans un espace rural. Cependant, depuis 2016 les gîtes ruraux ne bénéficient plus des avantages fiscaux dont ils disposaient, tel qu’un abattement de 71%, et une exonération de taxes locales. Il existe un site de classement sur lequel vous pourrez retrouver toutes les infirmations liées aux procédures de classement de gîte.

Quel statut juridique pour ouvrir un gîte ?

Si souhaitez ouvrir votre gîte en tant qu’activité complémentaire, un statut de simple particulier conviendra, sans avoir à créer d’entreprise, puisque vous déclarez vos revenus sur la feuille d’impôt sur le revenu.

Cependant, si cette activité est exercée à plein temps et que vos revenus annuels pour cette activité sont supérieurs à 23 000€, vous devenez Loueur en Meublé Professionnel (LMP). Ceci est une activité commerciale, vous devez créer une entreprise, et donc choisir un statut juridique :

  • le statut d’auto-entrepreneur : souvent choisi par les entrants sur le marché, car très avantageux si vos revenus sont inférieurs à 70 000€. Vous n’aurez pas à facturer la TVA à vos clients mais votre patrimoine personnel ne sera pas protégé ;
  • si vous êtes seul, la SASU ou l’EURL seront à préférer, lorsque votre chiffre d’affaires commence à augmenter, à savoir que dans la SASU, vous serez salarié de l’entreprise mais pas dans l’EURL, donc vous retirerez les profits de l’entreprise pour vous payer ;
  • Si vous vous lancez à plusieurs dans cette aventure, la SAS ou la SARL seront vos options, sachant que la SARL est très encadrée par la loi, mais que la SAS vous demandera donc quelques recherches supplémentaires pour sa création, et vous obligera à être salarié si vous êtes le gérant.

Il est important de noter que dans le cas de la micro-entreprise, les meublés classés bénéficient d’un abattement fiscal de 71%, et le taux de charges sociales correspond à celui de la vente de marchandises. Pour les gîtes non classés, le taux de charges correspond à celui de la vente de services, donc moins favorable, et l’abattement fiscal n’est que de 50%. Pensez donc à demander le classement de votre établissement !

Les démarches pour créer un gîte

Réaliser une étude de marché et faire un business plan

Pour savoir comment lancer votre gîte, vous devrez réaliser une étude de marché. Via cette étude, vous pourrez observer les tendances du marché, les attentes des consommateurs et les pratiques de vos futurs concurrents. Vous pourrez également étudier les canaux de communications utilisés par les gîtes existants afin de se faire connaître.

Bon à savoir De nos jours, on estime que 90% des réservations de gîtes passent par internet !

Il vous sera alors primordial de vous positionner sur plusieurs canaux de communication. Pour ce faire, il vous faudra :

  • créer un site internet : il existe aujourd’hui des logiciels de création de site web qui vous permettent de créer vous-même votre site de manière simple et ludique ;
  • être présent sur les réseaux sociaux tel que Facebook et Instagram ;
  • etre référencé dans les guides touristiques ou sur les sites d’annonces comme Leboncoin.
  • être inscrit sur des sites comme Airbnb, l’idéal étant d’avoir des partenariats avec des comités d’entreprise.

Votre étude vous permettra également d’étudier tous les aspects de votre futur gîte, tel que les coûts, les produits proposés, services annexes…

Veillez également à recenser les statistiques sur les séjours touristiques, ainsi que les taux de remplissage des gîtes et hôtels des environs où vous souhaitez vous installer afin d’estimer correctement la demande. Les données obtenues vous permettront d’établir un business plan pour votre gîte, qui résumera l’analyse réalisée durant votre étude de marché. 

Vous pourrez alors établir votre stratégie et l’approche que vous allez adopter pendant vos premiers mois d’exploitation. Vous aurez également un budget prévisionnel dans ce business plan, très utile pour vous guider dans vos débuts. Enfin, ce business plan sera sans doute très utile si vous avez besoin d’emprunter auprès de banques pour financer votre projet.

Choisir un emplacement pour votre gîte

L’étude de marché vous permettra de vous aiguiller quant au choix d’un endroit propice à votre installation. Une zone attractive sera populaire et attirera la clientèle, étant bien situé et accessible. Un endroit plus reculé sera en revanche bien moins cher et peut-être recherché par une clientèle en quête de calme ou d’expérience insolite.

Il peut être utile de discuter avec d’autres propriétaires de gîtes ou chambre d’hôtes dans la zone géographique dans laquelle vous souhaitez vous installer. Ce sera l’occasion de récupérer de précieux retours d’expériences et comprendre les éventuelles pistes d’améliorations sur vos futurs concurrents et voisins : route difficile d’accès, gîte un peu à l’écart…

Enfin, pensez à qui vous souhaitez accueillir, le lieu impactera fortement la clientèle que vous attirez.

Afin de vous assurer une certaine réussite, vous pouvez également choisir de reprendre un gîte. Attention cependant à être sûr de la vraie valeur de l’activité que vous souhaitez reprendre.

Accomplir les démarches de création

Selon le statut choisi, créer votre entreprise sera plus ou moins complexe. Les formalités pour les sociétés commerciales sont plus lourdes que pour les entreprises individuelles, et nous vous recommandons de faire appel à un expert-comptable ou un avocat pour éviter des erreurs qui pourraient avoir des conséquences graves plus tard. Créer une entreprise sur internet est aussi une option efficace et abordable pour être accompagné sans en payer le prix fort.

Les démarches administratives pour ouvrir un gîte

Si les revenus tirés de l’activité de votre gîte sont supérieurs à 23 000€, vous devrez déclarer votre activité au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) et au Centre de Formalités des Entreprises (CFE). 

Si vous souhaitez proposer des services de restauration, en plus du petit-déjeuner, vous devrez obtenir une licence de restaurant et si vous souhaitez proposer de l’alcool, il vous faudra acquérir une licence de débit de boissons.

Vous n’êtes pas obligé de souscrire à une assurance pro mais prendre une assurance “location saisonnière” peut s’avérer judicieux afin de couvrir d’éventuels sinistres (source). Déclarer votre activité à la mairie sera en revanche nécessaire.

Enfin, il vous faudra souscrire un certain nombre de produits et services, pour faciliter la gestion de votre gîte (a minima un compte bancaire pro et un logiciel comptable).

Quelles sont les subventions pour ouvrir un gîte ?

De nombreux départements ou régions proposent des subventions pour la création de gîtes. Il est très utile de vous renseigner auprès du Conseil Général ou Régional de l’endroit où vous souhaitez vous installer afin d’obtenir plus d’informations, notamment sur les conditions d’obtention de ces subventions. L’Union Européenne propose également des subventions si votre projet est considéré comme “remarquable”, c’est-à-dire un projet de rénovation du territoire par exemple.

Si vous êtes agriculteur, vous pouvez obtenir de multiples aides pour créer un gîte, ainsi qu’avoir accès à des prêts à taux réduits. De plus, vous pouvez également obtenir une exonération partielle de vos cotisations sociales. Enfin, vous pouvez prétendre à la Dotation Jeune Agriculteur qui est une aide financière que vous pourrez obtenir si vous reprenez ou créez une exploitation. Cette aide peut s’élever à un montant de 35 900 €. Votre chambre d’agriculture pourra vous renseigner davantage sur les spécifications.

FAQ

Quelles sont les aides pour créer un gîte ?

Les départements et régions proposent souvent des subventions pour l’ouverture de gîtes, pour faciliter la dynamisation de leurs territoires.

Est-ce rentable d’ouvrir un gîte ?

Cela dépend énormément ! Certains gites s’en sortent très bien, d’autres moins. Une étude de marché pour choisir l’emplacement idéal peut s’avérer déterminante dans la réussite de votre gîte.

Quelles conditions pour ouvrir un gîte ?

Si vous dépassez un certain seuil de chiffre d’affaires, il vous faudra choisir un statut juridique de société pour votre entreprise. De plus, vous devrez vous déclarer en mairie ainsi qu’au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) et au Centre de Formalités des Entreprises (CFE).

Faut-il rejoindre un label pour créer un gîte ?

Pas nécessairement ! Beaucoup de gîtes sont indépendants et ne disposent d’aucun label. À vous de peser le pour et le contre mais aussi si vous souhaitez vous soumettre aux contraintes liées aux labels.

Comment trouver des clients pour votre gîte ?

Les réseaux sociaux seront sans aucun doute vos meilleurs amis, pour une publicité à bas prix. Les groupes Facebook dédiés sont particulièrement efficaces.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.