Activité

Comment ouvrir un salon de thé ?

Les jours raccourcissent, les températures diminuent, la météo devient maussade : quoi de mieux que de se réfugier dans un salon de thé pour adoucir sa journée ? En amoureux, en famille ou entre amis, les salons de thé offrent aux amateurs un lieu chaleureux et cosy. De plus en plus en vogue, ces lieux de partage se multiplient et intéressent de nombreux entrepreneurs. L’aventure vous tente? On vous explique comment ouvrir un salon de thé !

Rappel : qu’est-ce qu’un salon de thé ?

Un salon de thé est un établissement proposant de nombreuses variétés de thé à consommer sur place. Les salons de thé offrent généralement d’autres choix de boissons, tels que des jus, du café ou du chocolat chaud par exemple. Il est souvent possible d’accompagner sa dégustation de pâtisseries, de viennoiseries, mais également de petits sandwichs, de tartes salées ou sucrées.

Quelles formations pour ouvrir un salon de thé ?

Bonne nouvelle : il est possible d’ouvrir un salon de thé sans diplôme. Une seule formation est cependant obligatoire : la HACCP (Hasard Analysis Critical Control Point, relative à l’hygiène alimentaire), dispensée à toute personne intéressée par le Centre National de Formation en Sécurité et Environnement. Le CNFSE propose deux formules différentes : 

Formation inter-entrepriseFormation intra-entreprise
DescriptionRegroupement de plusieurs salariés d’entreprises différentesFormation destinée à un groupe de salariés d’une même entreprise (entre 1 et 10 stagiaires)
Lieu de formationDans les locaux du CNFSE (Île-de-France ou province)Dans les locaux de l’entreprise (Île-de-France ou province, sur devis)
Durée2 jours / 14 heures645€ par jour et groupe
Prix290€ par stagiaire645€ par jour et groupe

Cette formation est obligatoire, et en cas de contrôle dans votre salon, au moins une personne doit pouvoir justifier l’avoir suivie.

Vous pouvez également suivre le Stage de Préparation à l’Installation (SPI), facultatif depuis 2019. Cette formation dure une trentaine d’heures, réparties sur 4 ou 5 jours. Elle vous permettra d’appréhender les différentes problématiques auxquelles vous ferez face lors de l’ouverture de votre salon de thé (bases du droit des sociétés, gestion commerciale de votre salon, administration financière ou encore gestion des ressources humaines). Ce stage proposé par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat coûte en moyenne 250€.

Si vous souhaitez préparer des pâtisseries, gâteaux sucrés, salés et autres gourmandises  pour accompagner les dégustations de thé, c’est un peu différent. La personne en charge de la confection de ces entremets devra posséder un CAP pâtisserie, ou être en mesure de justifier au moins 3 ans d’expérience professionnelle dans ce domaine.

>
Bon à savoir Si vous choisissez de vendre des gâteaux fabriqués par un prestataire externe au salon, pas besoin de qualification !

Ainsi, pas de diplôme et une seule formation obligatoire pour ouvrir son salon de thé, plutôt facile non ? Cependant, nous ne pouvons que vous conseiller de suivre des formations qui vous permettront d’acquérir ou de parfaire les compétences nécessaires au succès de votre salon. La réussite de votre salon de thé passera par l’attrait et la fidélisation de la clientèle, une communication pertinente, la gestion de la logistique et des coûts, la connaissance de votre matériel… Autant de facteurs déterminants, intimement liés au succès de votre projet.

Quelles démarches administratives pour ouvrir un salon de thé ?

Le choix du statut juridique

Le choix de votre statut juridique dépend de la direction que vous souhaitez donner à votre projet. Si vous sohaitez le mener seul, vous pouvez envisager la SASU. Sinon des régimes comme la SARL ou l’EURL pourraient être des options adaptées. Afin d’y voir un peu plus clair nous vous recommandons de jeter un oeil à notre tableau comparatif des statuts juridiques.

La déclaration de votre entreprise

La deuxième étape administrative sera de déclarer votre entreprise afin de lui donner une valeur juridique. Vous pourrez alors procéder aux démarches avec un professionnel du juridique ou un expert-comptable ou bien vous rendre sur une plateforme juridique afin d’effectuer toutes les démarches en ligne.

3 conseils pour réussir l’ouverture de son salon de thé

Conseil 1 : Réalisez une étude de marché

Le nombre de salons de thé est en augmentation croissante depuis une dizaine d’années. Afin de réussir votre ouverture, il est nécessaire de réaliser une étude de marché. Les objectifs d’une telle étude sont multiples : 

  • Connaître vos clients potentiels : âge, genre, activité professionnelle, sensibilité au prix, attentes et besoins en termes d’offre de produits, de concept et de prestation.
  • Réussir votre implantation : par le biais d’une analyse de votre zone de chalandise, qui vous permettra d’identifier des éléments clés tels que le flux de passants, la facilité de stationnement et la proximité avec des lieux attractifs.
  • Identifier vos concurrents directs et indirects : autres salons de thé à proximité, cafés, franchises (Starbucks, Paul, Columbus Café & Co…).

Une bonne étude de marché vous permettra de rassembler toutes les informations nécessaires sur votre cible et l’environnement dans lequel vous vous implanterez. 

Conseil 2 : Travaillez votre concept

Les salons de thé se multiplient dans toute la France, et de nombreux concepts émergent: 

  • Salon de thé littéraire ;
  • Salon de thé spécialisé dans une région du monde (salon de thé japonais, salon de thé British, salon de thé oriental…) ;
  • Salon de thé proposant un espace de coworking.

Au delà d’un concept inédit, de nombreux salons de thé se différencient en choisissant et en assumant un style de décoration ou d’ambiance particulière :

  • Décoration florale et végétale (bouquets de fleurs fraîches ou séchées, mur ou plafond végétalisé, plantes diverses) ;
  • Décoration moderne et industrielle ;
  • Décoration zen et épurée ;
  • Ambiance cosy et chaleureuse.

Choisir et travailler votre concept est donc primordial afin de créer un environnement agréable et différenciant. Posez-vous les bonnes questions : 

  • Dans quel environnement avez-vous envie de travailler au quotidien ?
  • En tant que client de salons de thé, qu’appréciez-vous ?
  • Quelles sont les conclusions de l’étude de marché menée au préalable ?

Conseil 3 : Trouvez des moyens de financement

Maintenant que vous connaissez votre marché et avez défini votre concept, il faut trouver des fonds afin de lancer votre projet. Pour cela, il ne faut pas hésiter à se rapprocher de sa banque pour obtenir un prêt. L’étude de marché vous permet d’appuyer votre demande, mais vous pouvez également réaliser un Business Plan. Ce document vous permet de présenter : 

  • Votre projet et l’environnement dans lequel il s’inscrit ;
  • Votre marché ;
  • Les moyens et l’organisation envisagés ;
  • Les finances prévisionnelles (projection du chiffre d’affaires, seuil de rentabilité, compte de résultat et bilan prévisionnel).
Information Vous pouvez aussi vous rapprocher d’organismes soutenant l’entrepreneuriat (Bpifrance, Pôle Emploi), demander un prêt d’honneur auprès d’organismes spécialisés (prêt à taux zéro et sans intérêt : Initiative France, Réseau Entreprendre, Raise) ou encore lancer une campagne de financement participatif pour les entreprises (crowdfunding).

Quelle réglementation en vigueur pour l’ouverture d’un salon de thé ?

L’ouverture d’un salon de thé accueillant du public est soumis à différentes normes : 

Champ d’actionRéglementation
Accessibilité et sécuritéSécurité incendie : présence d’un système de prévention et de détection de risques

Accessibilité : le salon doit être accessible à toute personne en situation de handicap
HygièneFormation HACCP

Respect des normes de conservation et congélation des produits vendus

Affichage visible de la liste des allergènes
PrixAffichage visible des prix (à l’intérieur ou à l’extérieur)
Horaires d’ouvertureSe rapprocher de la préfecture

Il existe certaines normes supplémentaires, en fonction de l’offre que vous décidez de mettre en place dans votre salon de thé : 

ServiceRéglementation
Pâtisseries préparées sur placeObtenir un CAP pâtisserie ou justifier une expérience de 3 ans minimum en pâtisserie
Boissons alcooliséesSuivre une formation afin d’obtenir la licence nécessaire
MusiquePayer l’autorisation à la Sacem (paiement de droits d’auteur, obligatoire pour diffuser librement de la musique) 
TerrasseObtenir une autorisation de la mairie

Quelles sont les autres obligations pour ouvrir un salon de thé ?

Choisir les bonnes assurances

Pour ouvrir votre salon vous devez impérativement souscrire à une assurance de responsabilité civile. Celle-ci vous protège en cas de dommages ou d’accidents comme : 

  • Une intoxication alimentaire ;
  • La chute d’un client dans le salon ;
  • Une blessure liée au matériel (un parasol sur la terrasse tombe sur un client par exemple) ;
  • Et tout autre dommage causé dans le cadre de l’activité du salon ou par un de vos employés.

Nous vous conseillons également de vous rapprocher de votre assureur pour compléter votre protection. Mieux vaut prévenir que guérir ! 

Il existe différentes assurances professionnelles intéressantes à étudier : 

  • Assurance des biens immobiliers et mobiliers : incendie, dégâts des eaux, vols…
  • Assurance perte d’exploitation : liée à un sinistre par exemple.
  • Protection juridique : conseils et soutiens en cas de litiges amenés en justice.

Votre assurance propose peut-être une assurance multirisques : renseignez-vous, cela peut-être très précieux pour la pérennité de votre salon de thé.

Ouvrir un compte bancaire professionnel

Si vous choisissez une forme d’entreprise avec un capital social (EURL, SA, SAS, SARL…), il vous faudra ouvrir un compte bancaire professionnel. Cela vous sera nécessaire afin d’immatriculer votre entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés.

De manière générale, un compte bancaire professionnel est très utile ! Il vous permettra de distinguer les revenus et dépenses liés à votre salon de thé de vos transactions personnelles, garantir une transparence en cas de contrôle fiscal, et faciliter la gestion de votre trésorerie.

De nombreuses banques proposent des offres destinées aux professionnels. Nous vous conseillons de ne pas vous précipiter et d’étudier avec soin différents critères, tels que: 

  • Le prix du service ;
  • La possibilité de se faire accompagner par un conseiller attitré ;
  • La facilité de demande de crédit ;
  • Le niveau de découvert autorisé.

S’équiper des bons outils

Une fois toutes ces démarches réalisées, il vous faudra investir dans les bons outils afin de réussir la gestion quotidienne de votre salon. S’équiper de logiciels de qualité n’est pas à négliger pour que votre salon de thé soit pérenne.

 Vous devez notamment penser à :

  • Un logiciel de caisse : gratuit ou payant, il vous permet, entre autres, de gérer vos tickets et factures, le niveau de stock, le fonds de caisse, les prix et remises effectuées.
  • Un logiciel de comptabilité : l’outil indispensable pour saisir vos écritures comptables, déclarer votre TVA, et suivre vos paiements notamment.
  • Un logiciel de réservation en ligne : ce type de logiciel est pratique pour optimiser le flux de clients dans votre salon. Selon votre positionnement, il peut également permettre de privatiser votre salon de thé pour un groupe (team building d’entreprise, réunion familiale…).

FAQ

Quel budget pour ouvrir un salon de thé ?

Le budget nécessaire pour ouvrir votre salon de thé dépendra de nombreux facteurs (ville d’implantation, taille du local, travaux, besoins en matières premières, choix de décoration … ).On estime entre 80 000€ et 150 000€ le budget total à prévoir pour l’ouverture d’un salon de thé. Notez bien que les banques demandent généralement entre 20 et 30% d’apport personnel afin d’accorder un prêt.

Quelle forme juridique pour un salon de thé ?

Le choix de votre statut juridique dépend de la direction que vous souhaitez donner à votre projet. Si vous sohaitez le mener seul, vous pouvez envisager la SASU. Sinon des régimes comme la SARL ou l’EURL pourraient être des options adaptées. Afin d’y voir un peu plus clair nous vous recommandons de jeter un oeil à notre tableau comparatif des statuts juridiques.

Faut-il être diplômé pour ouvrir un salon de thé ?

Non, la seule formation obligatoire est la formation HACCP, relative à l’hygiène alimentaire. Si vous cuisinez et vendez vos pâtisseries maison, il vous faudra être en mesure de justifier l’obtention d’un CAP pâtisserie, ou d’au moins 3 ans d’expérience dans le métier.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.