Activité

Comment ouvrir un restaurant virtuel ?

Découvrez les étapes et nos conseils pour créer un restaurant virtuel (statut juridique, budget...)

Le restaurant virtuel est à la mode après la douloureuse période du covid qui a contraint les restaurateurs à se réinventer. Et au milieu de l’offre de restauration traditionnelle, cette solution centrée sur la livraison à domicile apparaît comme une solution originale et peu coûteuse pour tous ceux que l’aventure de la vente de plats à emporter tente. Grâce aux plateformes de livraison à domicile, ces foodpreneurs ont l’occasion de créer et développer une restauration nouvelle génération, et viable même en période de crise sanitaire. Alors comment ouvrir un restaurant virtuel ? Suivez le guide !

Qu’est-ce qu’un restaurant virtuel ?

Un restaurant virtuel est un restaurant qui ne propose ses repas qu’en livraison. Appelés également « dark kitchen » ou cuisine fantôme, leur concept est simple : pas de devanture ni même de local pour accueillir leurs clients ou d’adresse physique, les plats ne sont disponibles que sur les plateformes de livraison en ligne.

Ce concept, importé des Etats-Unis avec le géant Uber Eats, fait écho à une nouvelle façon de consommer et à nouveau mode de vie, notamment en zone urbaine et péri-urbaine. Plus besoin d’aller au restaurant, c’est le restaurant qui s’invite directement chez vous !

L’avantage pour les professionnels, c’est que vous n’avez pas besoin de faire de gros investissements de départ pour ouvrir un restaurant fantôme : une simple cuisine suffit ! Un démarrage rapide, sans avoir besoin d’acheter de mobilier, d’embaucher de serveur ou de choisir un grand local. Vous pouvez ainsi tester votre concept sans prendre autant de risques qu’avec la création d’un restaurant traditionnel.

Quel statut juridique pour ouvrir un restaurant virtuel ?

Le statut de la micro-entreprise est en général le plus prisé par les candidats à l’ouverture d’un restaurant virtuel. Simple et rapide à créer, il présente l’avantage de vous permettre de ne payer des charges que sur votre chiffre d’affaires encaissé. Cependant, si celui-ci augmente rapidement et dépasse les plafonds d’auto-entrepreneurs, vous devrez opter pour une autre forme juridique.

La SAS (ou la SASU), Société par Actions Simplifiées, offre une souplesse de gestion appréciable tout en vous affranchissant d’éventuels plafonds. Plus longue à créer, elle vous demandera notamment de rédiger des statuts et de publier une annonce légale.

Enfin, la SARL vous permet d’ouvrir un restaurant virtuel tout en limitant votre responsabilité au montant de vos apports. C’est également une forme juridique assez souple qui vous permettra d’évoluer avec vos associés.

La SAS et la SARL séduisent beaucoup les restaurateurs traditionnels qui trouvent là un moyen de bénéficier d’une meilleure protection sociale que les structures nominatives. Ouvrir un restaurant virtuel en SARL ou en SAS est donc une option à envisager dès le départ selon votre projet.

Dans tous les cas, retenez qu’il est possible de créer votre entreprise en ligne pour gagner du temps et faire des économies sur l’ensemble des formalités juridiques.

Ouvrir un restaurant virtuel en 3 étapes

Prêt à vous lancer dans l’aventure ? Voici les 3 étapes pour ouvrir un restaurant virtuel !

Choisir une spécialité

C’est évidemment la première question à vous poser : qu’est-ce que vous allez proposer à vos clients ? En dehors de ce que vous aimez cuisiner, vous devez prendre en compte 2 éléments :

  • le temps de préparation : l’un des impératifs du restaurant virtuel est de pouvoir livrer votre plat encore chaud. Il vous faut donc trouver une idée facile à cuisiner, à préparer en avance ou à assembler, qui puisse être réchauffés. Gardez en tête qu’une fois la commande passée, vous ne disposez que de quelques minutes pour envoyer votre plat ;
  • le prix : à l’instar de tous les restaurateurs, vous devez calculer votre coût de fabrication pour déterminer votre prix de vente. Mais avec un restaurant fantôme, vous devez penser à inclure la commission de la plateforme de livraison. Cette dernière s’élève à environ 25 %, auxquels peuvent s’ajouter des frais de services. Il faut absolument en tenir compte pour ne pas voir votre marge fondre comme neige au soleil, ou proposer des prix trop élevés qui feraient fuir des clients.

Ainsi, le choix de votre spécialité ne se fait pas à la légère et doit répondre à une logique à la fois économique et logistique.

Notez également que le choix d’une stratégie mono produit est idéal pour les restaurants virtuels. Cela vous positionne comme spécialiste, par exemple du burger ou de la pizza, et vous permet de ne vous concentrer que sur un seul produit et ses déclinaisons.

Suivre les formations nécessaires

Un conseil : ne vous lancez pas dans l’aventure du restaurant virtuel sans un minimum de formation. En effet, vous allez devoir maîtriser certains sujets pour pouvoir ouvrir – et rester ouvert – comme les normes HACCP.

Les formations obligatoires

Vous devez absolument suivre une formation pour le permis d’exploitation si vous comptez vendre de l’alcool. D’une durée de 2 jours et demi, elle est payante et proposée par les CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie). Une fois suivie, vous recevez un permis d’exploitation valable 10 ans.

Seconde formation obligatoire, celle liée à l’hygiène alimentaire. Vous y apprendrez les normes HACCP à respecter ainsi que la législation relative.

Les formations optionnelles

Une formation en gestion d’entreprise est également fortement recommandée pour éviter les mauvaises surprises et vous sentir plus confiant.

Enfin, il s’agit évidemment de cuisine, avoir un CAP en poche est bien sûr un atout. Pour autant, vous n’avez pas besoin de diplôme pour ouvrir un restaurant fantôme. Il est en revanche fortement recommandé d’avoir un minimum de connaissances, ne serait-ce que pour être efficace ou vous démarquer de vos concurrents.

Réaliser une étude de marché et un business plan

Avant d’ouvrir votre restaurant virtuel, vous devez réaliser une étude de marché et un business plan. C’est-à-dire que vous allez devoir déterminer quelle est la demande locale de vos clients, quelle est votre concurrence et comment vous envisagez l’évolution de votre entreprise.

En effet, si vous souhaitez ouvrir une pizzeria virtuelle mais qu’il y a déjà 3 pizzerias ou vendeurs de pizza dans un rayon de moins de 10 km, vous risquez d’avoir du mal à vous faire une place. De même, vous devez chercher à savoir si vos futurs clients sont plutôt à la recherche de burgers, de sushis ou de plats indiens. S’ils commandent plutôt le midi, le soir, la nuit. Votre étude de marché doit vous permettre de trouver le subtil équilibre entre ce que veulent vos futurs clients et ce que proposent déjà vos concurrents.

Vous devez également penser à votre rayon d’action géographique : plus vous allez loin, plus la livraison coûte cher et plus vous risquez de livrer des plats froids !

Votre business plan va vous permettre de déterminer la rentabilité et la fiabilité de votre projet, et éventuellement d’obtenir des financements si besoin. Celui-ci doit contenir un plan d’action sur 3 ans idéalement et démontrer la pertinence de votre futur restaurant virtuel, sa cohérence avec la demande des consommateurs, et bien sûr, vos chiffres prévisionnels en fonction des plats proposés.

Déclarer son activité professionnelle

En tant que (futur) restaurateur, vous avez l’obligation de déclarer votre activité de vente à des consommateurs directs auprès de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) (article R233-4 du Code rural et de la pêche maritime). Pour cela, vous devez remplir le formulaire Cerfa n°13984 et l’envoyer par courrier à la DDPP dont dépend votre lieu d’exploitation. Et pour faciliter vos démarches, vous pouvez déclarer votre activité professionnelle en ligne.

>
Vous devez faire votre déclaration avant le début de votre activité, et au maximum dans le mois du début d’activité.

Quelles sont les autres formalités pour ouvrir un restaurant virtuel ?

Une fois les démarches purement administratives réalisées, il vous reste encore pas mal de détails à régler avant l’ouverture de votre restaurant virtuel.

Créer des menus virtuels

Pour faire la promotion de vos plats et les vendre, il va vous falloir créer un menu digital, c’est-à-dire un menu que vos futurs clients vont pouvoir consulter en ligne. De nombreuses solutions sont disponibles afin de créer, mettre en forme et assurer la promotion de vos plats. Certains outils permettent même à vos clients de payer directement en ligne ou de laisser un avis.

Utiliser les outils de gestion de commande en ligne

Qui dit restaurant virtuel dit bien souvent, gestion digitale de vos commandes. Et oui, pour rester compétitif et enregistrer rapidement vos commandes, vous allez devoir vous munir et maîtriser des outils vous permettant de suivre toutes les demandes, d’actualiser votre menu en temps réel en fonction de vos stocks, de mettre à jour vos offres, etc. Ces outils marketing sont souvent inclus dans les solutions proposées par les plateformes de livraison afin de faciliter leur prise en main.

En plus de la gestion de commande en ligne, vous allez devoir apprendre à faire la promotion de votre activité sur les réseaux sociaux. Là encore des outils de gestion viennent vous aider.

S’inscrire sur les plateformes de livraison

Livrer vous-même ou grâce aux plateformes de livraison en ligne ? C’est une question essentielle à vous poser avant d’ouvrir une dark kitchen.

Si les plateformes demandent un investissement qu’il faudra répercuter sur le prix de vos plats pour conserver votre marge, elles représentent un véritable gain de temps et donc d’argent au final. En effet, vous n’avez pas à investir dans les équipements et le personnel pour assurer la livraison de vos plats. De plus, la notoriété des plus gros acteurs du marché comme Deliveroo ou Uber Eats vous assure une certaine visibilité en peu de temps.

>
Astuce Pour toucher un public plus large, vous pouvez vous inscrire sur plusieurs plateformes de livraison : les utilisateurs de Just Eat ne sont pas les mêmes que ceux de Deliveroo !

Comment trouver un local ?

Si rien ne vous empêche de commencer chez vous, différentes options s’offrent à vous pour trouver un local.

Louer une cuisine

La location d’une cuisine est une solution peu coûteuse pour lancer votre dark kitchen. En effet, votre seul investissement à faire sera le loyer. Soyez cependant attentif au moment de choisir votre local : vous devez pouvoir cuisiner rapidement et efficacement, l’agencement doit donc être pratique et optimisé.

Choisissez avec soin votre emplacement pour rester dans votre zone géographique de livraison.

Partager une cuisine

Moins connue, cette solution présente pourtant plusieurs avantages. En effet, certains restaurants traditionnels louent tout ou partie de leur cuisine, notamment lors de leurs jours de fermeture. Vous bénéficiez alors d’une cuisine professionnelle équipée et parfaitement fonctionnelle, avec tout le matériel dont vous avez besoin. Et ce, pour un loyer généralement moins élevé que la location classique. Des plateformes comme Light Kitchen sont même spécialisées dans la mise en relation entre restaurateurs pour partager vos cuisines !

Acheter un local

Enfin, rien ne vous empêche d’acheter un local et de l’aménager à votre convenance. Celui-ci sera alors parfaitement adapté aux besoins de votre activité. Évidemment, cela vous demande un effort financier plus important et une très bonne connaissance du marché local. En effet, vous ne pourrez pas juste déménager si votre emplacement ne convient finalement pas !

Cette solution est plutôt réservée aux entrepreneurs qui ont une vision à long terme de leur projet et qui sont prêts à s’implanter localement durablement.

FAQ

Comment faire un restaurant à la maison ?

Avoir un restaurant à la maison ? C’est possible en optant pour l’ouverture d’un restaurant virtuel, c’est-à-dire un restaurant qui n’accueille pas et ne sert pas de clientèle. Les commandes se font uniquement en ligne et en livraison via les plateformes spécialisées ou votre propre système de livraison.

Comment ouvrir une dark kitchen ?

Il vous suffit (presque) de louer une cuisine professionnelle équipée disposant d’une chambre froide. Quelques idées de menus bien pensés, une étude de marché ciblée et le choix d’un statut adapté plus tard, il ne vous reste plus qu’à promouvoir en ligne votre dark kitchen !

Comment ouvrir rapidement un restaurant ?

L’ouverture d’un restaurant virtuel est certainement la solution la plus rapide pour vous lancer dans la restauration. En effet, elle ne demande que quelques formalités administratives et demande peu d’investissement de départ par rapport à un restaurant traditionnel. Pas besoin de chercher des locaux, du personnel ou de prendre un risque financier important !

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.