Activité

Devenir pilote de drone professionnel : comment faire ?

De la télésurveillance des sites de construction aux tournages de films cinématographiques, l’usage des drones civils est en plein essor et touche un large éventail de secteurs.

Vous souhaitez devenir un pilote de drone professionnel ? On vous dit tout sur ce nouveau métier pour vous aider à en faire votre vocation.

Définition : qu’est-ce qu’un pilote de drone professionnel ?

Un pilote ou opérateur de drone professionnel est un professionnel agréé qui est chargé d’exploiter un drone ; un véhicule aérien sans pilote, sans équipage ni de passagers.

Il effectue des missions pour le compte des sociétés et des entreprises dans divers secteurs : BTP, ingénierie, agriculture, sécurité, audiovisuel, tourisme… ou encore pour des organismes gouvernementaux et militaires.

Le pilotage de drone peut être une profession bien rémunérée. Le salaire annuel brut d’un pilote de drone expert peut atteindre 60 000 €.

Le pilote ne se limite pas à faire décoller, diriger et atterrir les drones. Il a aussi à sa charge des responsabilités qui nécessitent des aptitudes bien particulières.

Globalement, les missions d’un pilote de drone pro comprennent :

  • la prise de photos et vidéos aériennes pour des particuliers (cérémonies, événements…) ou des professionnels (youtubeurs, cinéastes, journalistes, agences immobilières…) ;
  • la planification des trajectoires de vol et surveillance des vols de drones ;
  • la surveillance des fermes, des chantiers… ;
  • l’inspection et contrôle des infrastructures de sites industriels, des bâtiments,… ;
  • la prise de données (de météorologie, de navigation, d’aéronautique,…) ;
  • la modélisation 3D par drone ;
  • le post-traitement des données recueillies pour en discuter avec les clients.

Quelle formation pour devenir pilote de drone professionnel ?

Vous vous demandez sûrement comment devenir un pilote de drone professionnel. Avant toute chose, vous devez obtenir une certification.

En effet, depuis fin 2021, pour exercer l’activité de télépilote de drone civil, il est indispensable de posséder une licence ou brevet de pilote d’aéronef UltraLéger Motorisé (ULM) ou un Certificat d’Aptitude Théorique de Télépilote (CATT).

Pour obtenir ces certifications, vous devez suivre une formation théorique et pratique de pilote de drone.

>
Les auto-formations quant à elles ne sont plus acceptées car il faut obligatoirement se munir d’une attestation de suivi de formation.

La formation théorique consiste à apprendre toutes les bases relatives au drone afin de passer un examen théorique. Plusieurs cours, même en e-learning, sont proposés par des centres ou instituts de formation agréés par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC).

L’épreuve se présente sous la forme d’un questionnaire à choix multiples, à passer sur ordinateur dans un centre DGAC. Un score d’au moins 75% est requis pour le réussir.

Pour s’y inscrire, il suffit de se rendre sur le site Océane de la DGAC, de créer un compte et choisir les examens de la catégorie théorique privés.

Après avoir réussi l’examen théorique, pensez à prendre des cours de pratique. Ils vous permettront de mieux maîtriser et contrôler votre drone en fonction des conditions climatiques et de l’environnement.

Pour parfaire votre formation, envisagez une initiation à l’audiovisuel, à la photographie, à l’aéronautique ou à l’arpentage.

Quel statut juridique pour devenir pilote de drone professionnel ?

Devenir pilote de drone auto-entrepreneur

Il existe plusieurs statuts adaptés pour exercer le métier de pilote de drone pro, en revanche le statut le plus avantageux demeure celui de l’auto-entrepreneur.

Devenir auto-entrepreneur est assez simple et rapide. Peu exigeant en matière de formalités et de comptabilité, un pilote de drone auto-entrepreneur peut bénéficier d’avantages fiscaux intéressants pour se lancer à moindre coût. Néanmoins, le niveau de chiffre d’affaires d’auto-entrepreneur est plafonné. Il peut donc être intéressant d’anticiper le changement en comparant les différents statuts juridiques.

Les alternatives à l’auto-entreprise

L’auto-entreprise n’est pas le seul statut à envisager. Il est aussi possible se lancer en SASU ou en EURL si vous exercez seul, ou bien en SAS ou SARL, leurs versions avec plusieurs associés.

Les formalités de création de votre propre entreprise ne vous conviennent pas ? Vous craignez de faire une erreur, ou vous ne voulez tout simplement pas y consacrer du temps ? Les Legaltechs sont là pour vous aider. Moyennant quelques dizaines d’euros, des sites comme Captain ContratLegalstart ou LegalPlace prennent en charge l’intégralité de votre dossier, et pourront même vous aider sur le choix du statut juridique.

Il est ainsi possible de se faire accompagner par un expert-comptable qui vous guidera dans cette démarche de choix et de mise en œuvre de votre futur statut juridique pour devenir un pilote de drone professionnel. Ses honoraires sont naturellement plus importants, mais en cas de dépassement des plafonds, il pourra vous conseiller efficacement dans la transformation de votre auto-entreprise en SASU ou pour passer d’auto-entrepreneur à EURL.

Quelles sont les qualités requises pour devenir pilote de drone professionnel ?

Concernant les compétences professionnelles pour devenir pilote de drone professionnel, il faut avoir une parfaite maîtrise de son appareil (notamment en matière de photographie aérienne), un excellent sens de l’orientation et une lecture GPS impeccable.

Au-delà des compétences techniques, vous devez posséder certaines qualités telles que :

  • la vigilance et prudence pour éviter d’endommager le matériel ou de causer des accidents ;
  • la capacité à écouter et à communiquer activement afin de répondre aux besoins et exigences des clients ;
  • l’organisation et la réactivité afin de réaliser ses objectifs en temps et en heure ;
  • l’autonome et la rigueur pour une meilleure prise de décision en cas de besoin.

Quelle réglementation pour devenir pilote de drone professionnel ?

L’activité de pilotage de drones est une profession réglementée par la DGAC. Si vous souhaitez piloter des drones civils, vous devrez donc respecter certaines règles indispensables au bon déroulement de votre activité :

  • Avoir au moins seize ans : pour pouvoir piloter un drone à usage professionnel, vous devez respecter l’âge minimum indiqué.
  • Enregistrez votre drone auprès de la DGAC : une fois l’examen réussi, vous devez enregistrer votre drone pour recevoir un certificat d’une validité de 5 ans. En cas de vol de drone sans enregistrement, vous encourez une amende de 750 € ;
  • Disposer du certificat de réussite de l’examen : avant de piloter votre drone, faites en sorte de toujours avoir le certificat sur vous, notamment en cas de contrôle, pour vous éviter une pénalité de 450 € ;
  • Souscrire une assurance responsabilité civile : vérifiez que l’assurance RC pro couvre tous les dégâts qui peuvent être causés aux autres drones, aux individus, aux locaux et aux propriétés ;
  • Remplir et disposer d’un Manuel d’Activités Particulières (MAP) : ce document administratif regroupe toutes les informations relatives aux pilotes et aux drones utilisés, les modalités de vol, les conditions d’utilisation, les consignes de sécurité… Le pilote est tenu de toujours l’avoir en sa possession et le présenter lors d’un contrôle.

FAQ

Peut-on devenir pilote de drone professionnel sans diplôme ?

Il n’est pas possible de piloter un drone civil sans une attestation de suivi de formation délivrée par un centre de formation spécialisé. Il faut aussi obtenir un brevet de pilote de drone professionnel en passant un examen dédié.

Quel salaire pour un pilote de drone professionnel ?

Le salaire d’un pilote de drone professionnel varie en fonction de ses compétences et de son expérience. Il évolue aussi selon les prestations proposées. Généralement, le salaire brut d’un télépilote débutant avoisine 2 500 € par mois.

Où trouver des missions de pilote de drone ?

Comme tout autre métier, vous pouvez trouver les offres d’emploi de pilotage de drone sur les nombreux job boards généralistes ou spécialisés (comme le suivi de chantier par exemple). Vous pourrez également obtenir de nombreuses missions sur des sites de freelance.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.