Financement

Que sont les garanties de prêt bancaire professionnel ?

Pour obtenir un prêt bancaire professionnel, que ce soit lors d’une création d’entreprise ou pour financer un développement, des garanties sont souvent exigées par les banques prêteuses. Quelles sont les garanties qui peuvent vous être demandées ? Découvrez grâce à ce guide, les options qui s’offrent à vous !

Les garanties de prêt bancaire professionnel : quelle utilité ?

Vous souhaitez recourir à un mode de financement pour faire face aux dépenses de création ou de développement de votre entreprise. Plusieurs solutions existent mais dans le cas d’un crédit professionnel, les établissements bancaires exigent des garanties. Ces garanties leur permettent de se protéger des risques auxquels un prêt les expose, c’est-à-dire une perte financière potentielle en cas de difficultés de votre entreprise. 

Les prêts professionnels représentent souvent des montants importants et leur remboursement repose sur la réussite de votre entreprise. Sachez qu’il vous est possible de vous rendre sur un simulateur d’emprunt professionnel afin d’appréhender au mieux les besoins de financement de votre société.

L’utilité des garanties est en fait double : aussi bien pour la banque que pour vous. En apportant des garanties à la banque prêteuse, vous vous facilitez l’obtention d’un prêt professionnel puisqu’elle sait qu’elle sera couverte en cas de difficultés de paiement de votre part. De votre côté, selon le type de garantie choisi, vous pouvez protéger votre patrimoine personnel et limiter le besoin d’apports ou de garanties personnels. 

Quelles sont les différentes garanties de prêt bancaire professionnel que peut demander la banque ?

De manière générale, plus un prêt professionnel est important ou jugé risqué (comme dans le cas d’une création d’entreprise par exemple), plus les garanties demandées par la banque vont être exigeantes ou nombreuses. Il existe plusieurs types de garanties de prêt bancaire professionnel afin de s’adapter à la nature du projet et à votre besoin. 

L’hypothèque

Connue auprès des particuliers, l’hypothèque concerne principalement les financements immobiliers. Il s’agit pour la banque de prendre en garantie un bien immobilier en échange de l’obtention du prêt professionnel. Elle suppose donc que vous fassiez l’acquisition ou possédiez un bien immobilier professionnel, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les entrepreneurs.

L’hypothèque doit faire l’objet d’un acte notarié qui définit entre autres le montant et les conditions du crédit. En cas de défaut de paiements de votre part, la banque peut saisir le bien immobilier hypothéqué pour couvrir la dette (qui sera ensuite vendu aux enchères). 

Le nantissement de fonds de commerce

Cette garantie est souvent utilisée lors d’une création ou d’une reprise de fonds de commerce. Le nantissement de fonds de commerce est une garantie réelle qui consiste pour le créancier (la banque) à disposer du fonds de commerce dans le cas où vous ne pourriez plus assurer le remboursement de votre emprunt professionnel. Dans ce cas, le fonds de commerce signifie le nom commercial, le droit au bail, l’enseigne, la clientèle et l’achalandage de votre entreprise. L’avantage du nantissement de fonds de commerce est qu’il octroie au créancier un droit de préférence, c’est-à-dire le paiement prioritaire. 

Cependant, deux facteurs peuvent impacter la valeur du fonds de commerce : d’une part, elle est définie en fonction de plusieurs éléments, et d’autre part, elle est affectée par la situation financière de l’entreprise. De ce fait, les banques demandent généralement des garanties complémentaires sur d’autres biens corporels comme le nantissement de vos matériels, mobiliers ou outillages. 

Le nantissement de parts sociales

Cette garantie est utilisée dans le cas d’une transmission de l’entreprise. C’est une pratique de nantissement plus simple et plus flexible qui permet au créancier de récupérer des parts du capital social de votre entreprise en cas de défaut de remboursement de votre prêt professionnel. 

Les sociétés de caution mutuelle (SCM)

Les sociétés de caution mutuelle sont des établissements de crédit qui ont le double rôle d’organismes de caution. Sous certaines conditions, ils se portent garants auprès des établissements bancaires afin d’obtenir le crédit professionnel sollicité par vous-même, l’emprunteur.

Pour obtenir cette garantie, vous devez devenir membre de la SCM, c’est-à-dire généralement payer une cotisation ou souscrire au capital.

La SIAGI est l’une des SCM clés en France. Elle s’adresse aux entreprises (commerçants, artisans, professions libérales et exploitants agricoles) dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 20 millions d’euros par an et pour qui le projet de prêt professionnel est inférieur à 2 millions d’euros. D’autres SCM travaillent avec des réseaux bancaires plus restreints, comme la Socama pour la Banque Populaire. 

Les cautions

Lorsque l’on parle de caution personnelle, on distingue le cautionnement simple et le cautionnement solidaire. Le premier vous engage personnellement et porte sur l’ensemble de votre patrimoine professionnel et personnel. Vous disposez cependant d’un droit de discussion, permettant de demander à l’établissement bancaire de saisir les biens professionnels en priorité (avant les biens personnels).

Le cautionnement solidaire regroupe des personnes physiques ou morales qui se portent garantes.

Il consiste pour la caution à régler les dettes de votre entreprise en cas de défaut de remboursement du prêt professionnel de votre part. La caution solidaire est un engagement lourd dont la fin doit être spécifiée dans le contrat de caution. Contrairement à la caution simple, la banque peut exiger le remboursement de la dette auprès d’une seule caution. Il sera à la charge de cette dernière de se retourner contre les autres cautions. 

Les garanties extérieures

D’autres organismes facilitent l’accès aux prêts professionnels grâce à des garanties extérieures. BPI France propose aux nouveaux entrepreneurs une garantie création à hauteur de 50 à 70% (selon les conditions) du montant du prêt accordé et servant à financer l’achat de fonds de commerce, des besoins en fonds de roulement, un investissement matériel ou immatériel ou encore un découvert notifié. 

France Active est un second organisme qui garantit jusqu’à 80% du montant du prêt pour les créateurs, les entreprises à impact social, territorial ou environnemental ou encore les entreprises sociales et solidaires. Des garanties peuvent aussi être accordées à d’autres profils comme les femmes entrepreneures ou les demandeurs d’emploi. 

Les autres garanties

Enfin, d’autres garanties existent pour répondre à des besoins plus catégorisés comme les fonds de garantie régionaux, départementaux ou sectoriels. Elles sont proposées par les collectivités locales ou encore par des organismes propres à des branches d’activité. 

Quelles alternatives aux garanties de prêt professionnel ?

Il existe deux alternatives principales aux garanties. Certains acteurs comme Mansa, proposent des offres de crédit aux indépendants sans demande de garantie, pour des sommes de 1000 à 1000 euros. Sinon, vous pouvez aussi éventuellement compter sur des assurances qui ne constituent pas des garanties comme celles citées ci-dessus en tant que telles, mais qui apportent toutefois une sécurité aux établissements bancaires prêteurs. Ces assurances ont plusieurs avantages :

  • Économique : il s’agit de comparer les frais d’une assurance à ceux des garanties listées ci-dessus.
  • Flexibilité : vous pouvez choisir le niveau de protection en fonction des garanties incluses.
  • Sécurité : votre patrimoine professionnel ou personnel ne sont pas impliqués et donc pas à risque. 

Plusieurs types d’assurance peuvent être contractées lors ou pour l’obtention d’un prêt professionnel :

  • L’assurance de prêt comprend généralement une assurance décès, invalidité et incapacité qui couvre l’emprunteur en cas de décès ou d’arrêt de son activité pour raison médicale. D’autres garanties peuvent être incluses, comprenant la protection de l’emprunteur ou du dirigeant, de sa famille mais aussi de la banque.
  • L’assurance homme clé concerne un membre de l’entreprise. Il peut s’agir du dirigeant ou d’un collaborateur indispensable au fonctionnement de l’entreprise. Elle protège l’entreprise en cas d’absence temporaire ou définitive de cette personne. Cette assurance peut aussi être utilisée comme garantie pour un prêt bancaire professionnel.

FAQ

Comment sont définies les garanties exigées par les banques pour un prêt pro ?

Le type de garantie demandée par les banques pour un crédit professionnel varie selon la viabilité du projet, les caractéristiques de l’emprunteur et les modalités du prêt.

Quelles sont les garanties à fournir à une banque pour l’octroi d’un prêt professionnel ?

Lors de la demande d’un crédit professionnel, une banque peut demander des garanties professionnelles, comme le nantissement du fonds de commerce, une hypothèque sur le bien immobilier professionnel ou une caution mutuelle, ou des garanties personnelles comme une caution personnelle, ou encore une assurance prêt.

Qui peut se porter caution pour un prêt professionnel ?

La caution peut être une personne physique ou morale. Vous pouvez vous porter caution en engageant vos biens professionnels ou personnels. Vous pouvez aussi faire intervenir une société de caution mutuelle ou un organisme de garantie.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.