Juridique

SASU ou micro-entreprise : comment choisir ?

Vous hésitez entre micro-entreprise et SASU ? Suivez le guide !

SASU ou micro-entreprise, vous hésitez ? Découvrez leurs avantages et inconvénients respectifs, pour faire le bon choix !

À noter : le terme “auto-entrepreneur” continue d’être utilisé par abus de langage. Depuis 2016 néanmoins, il doit être remplacé par “micro-entrepreneur”.

SASU ou micro-entreprise : comment choisir ?

SASU ou micro-entreprise, vous hésitez ? Découvrez leurs avantages et inconvénients respectifs, pour faire le bon choix !

A noter : le terme “auto-entrepreneur” continue d’être utilisé par abus de langage. Depuis 2016 néanmoins, il doit être remplacé par “micro-entrepreneur”.

Micro-entreprise ou SASU : régime vs statut

Avant de regarder les différences entre SASU et micro-entrepreneur, vous devez savoir que chaque terme recouvre une réalité juridique distincte :

  • La micro-entreprise est un régime juridique. Concrètement : en devenant micro-entrepreneur, vous choisissez de vous soumettre à un régime fiscal et social spécifique. Vous pouvez opter pour ce régime dans 2 cas de figure : vous êtes entrepreneur individuel en EI, ou gérant de votre EURL. La condition sine qua non : ne pas dépasser les plafonds de chiffre d’affaires légaux.
  • La SASU est un statut juridique. Quand vous créez une SASU, vous êtes soumis au régime fiscal et social applicable à ce statut. Vous ne pouvez en aucun cas bénéficier du régime micro.
À retenir SASU et régime de la micro-entreprise ne sont pas compatibles

Pour accéder au régime de la micro-entreprise, en EI ou en EURL, vous devez respecter la condition des seuils de CA.

  • Vous exercez une activité de vente de biens ou d’hôtellerie ? Vous ne pouvez pas encaisser plus de 170 000 € HT par an.
  • Vous proposez des prestations de services ou vous êtes professionnel libéral ? Vous ne pouvez pas dépasser 70 000 € par an.

Avantages et inconvénients de la SASU et de la micro-entreprise

Comment mentionné au-dessus, vos options pour micro-entreprise ou SASU se résument donc à 3 choix :

  1. EI au régime micro.
  2. EURL au régime micro.
  3. SASU

Pour bien choisir, voici un tableau récapitulatif des points forts et des limites de chaque structure.

Micro-entreprise (EI)EURL au régime micro-entrepriseSASU
Formalités de créationSimplesComplexesComplexes
Rapidité de créationTrès rapideRapideRapide
Coût de créationGratuitPayantPayant
ComptabilitéTrès simpleComplexeComplexe
Régime fiscalImpôt sur le revenuImpôt sur le revenuIS, option IR pour 5 ans maximum
Régime socialDéclarations simplifiéesDéclarations simplifiéesRégime assimilé salarié
Taux des cotisationsFaibleFaibleMoyen
Cotisations si CA nulNonNonNon
Limite de CA (services)70 000 € / an70 000 € / anIllimité
Limite de CA (vente de biens)170 000 € / an170 000 € / anIllimité
Possibilité de s’associerNonOui (en SARL)Oui (en SAS)
Comparatif micro-entreprise vs SASU

Les différences à la loupe

Les formalités de création

L’EI au régime micro-entreprise est souvent plébiscitée pour ses formalités de création simples, rapides et gratuites. Vous déclarez votre activité en ligne en quelques clics, et vous vous vous lancez ! 

Pour lancer votre activité en SASU ou en EURL au régime micro, la procédure est plus longue. Rédaction des statuts, dépôt du capital social, publication d’une annonce légale, immatriculation au RCS. Sachez néanmoins que pour gagner du temps, vous pouvez créer votre SASU en ligne !

La comptabilité

En EI au régime de la micro-entreprise, votre comptabilité est succincte : il vous suffit globalement de respecter les règles de facturation.

En EURL au régime micro, comme en SASU, les obligations sont plus contraignantes – établissement et dépôt des comptes sociaux une fois par an, par exemple.

Le régime d’imposition

Le régime micro-fiscal, en EI ou en EURL, vous soumet à l’IR. Votre CA annuel est imposé au barème progressif, après abattement forfaitaire aux taux suivants :

  • 71 % si vous vendez des biens ou pour une activité d’hôtellerie
  • 50 % pour des prestations de services
  • 34 % si vous êtes professionnel libéral
À noter Sous conditions, vous pouvez bénéficier du système de versement libératoire de l’IR, auquel cas vos recettes sont imposées forfaitairement à hauteur de 1 à 2,2 %.

Attention : vous ne pouvez pas déduire vos charges professionnelles en micro-entreprise ! Si vos dépenses sont élevées (loyer commercial, véhicule de fonction, matériel informatique…), le régime micro-fiscal n’est pas forcément le plus avantageux.

En SASU, vous êtes soumis à l’IS : vos bénéfices sont imposés au niveau de la société, après déduction des charges professionnelles. Le taux réduit à 15 % est applicable pour la part de bénéfices en-dessous de 38 120 €. Si vous vous rémunérez, vos revenus sont imposés à l’IR au barème progressif.

Notez aussi qu’en SASU, vous pouvez opter pour une imposition à l’IR pour 5 ans maximum. Vous pouvez vous rapprocher d’un expert-comptable pour évaluer l’opportunité de cette option…

Comparez les experts-comptables en ligne
Trouvez l’expert-comptable en ligne adapté à vos besoins

Le régime de TVA

Le régime applicable est décorrélé de votre statut. En SASU ou micro-entreprise, les règles de TVA sont les mêmes !

  • Vous échappez à la facturation et à la déclaration de TVA si votre CA n’excède pas les seuils légaux. On parle de franchise en base de TVA.
  • Dès que votre CA dépasse les seuils, vous basculez au régime réel de TVA. 

Le régime social

Au régime micro-social, en EI ou en EURL, vous payez vos cotisations sociales chaque mois ou chaque trimestre, à des taux avantageux :

  • 12,8 % de vos recettes si vous vendez des biens 
  • 22 % si vous vendez des services

En SASU, vous êtes assimilé-salarié : vos cotisations sociales s’élèvent à environ 70 % de votre rémunération, mais vous ne payez rien si vous ne vous versez pas de salaire. Vous pouvez ainsi optimiser votre fiscalité grâce au versement de dividendes. Demandez conseil à un expert-comptable !

La croissance de votre activité

Au moment de choisir entre auto-entrepreneur ou SASU, projetez-vous ! En fonction de votre statut en effet, les perspectives d’évolution ne sont pas les mêmes :

  • Vous créez une EI au régime micro ? Vous ne pouvez pas vous associer. Si votre activité se développe et que vous devez faire entrer des associés, vous devrez fermer votre micro-entreprise puis créer une société – SARL, SAS…
  • La SASU vous permet de faire entrer des associés et investisseurs. Votre société se transforme alors automatiquement en SAS. Cette forme de société jouit d’une image moderne et dynamique, idéale pour des projets innovants et ambitieux. 
Comparez les acteurs du juridique
Économisez jusqu’à 40% sur vos formalités juridiques

FAQ

Comment passer de SASU à auto-entrepreneur ?

Vous voulez bénéficier du régime micro-social et micro-fiscal ? Pour passer de SASU à auto-entrepreneur. Commencez par fermer votre EURL et crééz ensuite une EI ou une EURL avec le régime de la micro-entreprise.

Comment changer de statut auto-entrepreneur vers SASU ?

Vous dépassez les seuils de CA maximum en micro-entreprise ? Vous basculez automatiquement en EI au régime classique. Vous pouvez préférer passer d’auto-entrepreneur en SASU.

Le cumul SASU et auto-entrepreneur est-il possible ?

Non, la loi ne vous permet pas de bénéficier du régime de la micro-entreprise en SASU. Le régime micro est réservé aux entrepreneurs individuels et aux gérants associés de EURL.

Independant.io

L'équipe de rédaction