Activité

Créer un bar associatif : quels sont les préalables ?

Le bar associatif, c’est le rêve de votre vie ? Avant de vous lancer, il y a des règles essentielles à connaitre. En fonction du type de bar associatif que vous décidez d’ouvrir, accueillant du public ou non, les démarches à faire seront différentes. Suivez le guide !

Ouvrir un bar associatif : quelle réglementation ?

Un bar associatif est un bar à but non lucratif. Voici les 2 principales questions à vous poser pour savoir quelle réglementation suivre pour ouvrir un bar associatif.

Votre bar associatif est-il réservé aux adhérents de votre association ?

Si votre bar associatif accueille du public, il faudra vous conformer à la législation française. C’est-à-dire que vous devrez passer des certifications obligatoires comme le permis d’exploitation pour pouvoir vendre des boissons alcoolisées. Vous devrez également respecter des règles d’affichage, d’hygiène et de sécurité au sein du bar.

Si le bar est réservé aux adhérents, vous n’avez pas de démarche particulière à faire, car c’est dans le cadre privé que vous consommez de l’alcool. Néanmoins, seules les boissons faiblement alcoolisées (en dessous de 18° d’alcool) sont autorisées comme la bière et le vin. Une autre obligation est d’exposer des affiches pour notifier les mineurs de l’interdiction de consommation de boissons alcoolisées.

À quelle fréquence allez-vous ouvrir ce bar : ponctuellement ou à l’année ?

Une autre question primordiale à vous poser est la fréquence d’ouverture de votre bar. Le contexte est différent entre un bar ouvert en permanence et un bar associatif temporaire.

Dans le premier cas, il faudra passer tous les diplômes requis pour exercer cette activité. Il faudra également trouver un local pour accueillir les adhérents de votre association et/ou du public.

Dans le second cas, c’est une ouverture exceptionnelle, il y a donc moins d’obligations. Si vous décidez d’ouvrir votre bar associatif de manière ponctuelle sans avoir à passer de diplôme spécifique pour la consommation d’alcool, il ne faut pas dépasser les 5 évènements par an et les 48 h de suite pour chaque évènement. Vos boissons doivent également appartenir aux groupes 1 à 3 (peu alcoolisé).

Les préalables à l’ouverture d’un bar associatif

1 — Élaborer le concept

Pour ouvrir un bar associatif, la première étape est d’élaborer le concept. Il faut que votre projet soit clairement établi dans votre esprit avant d’être réalisé dans la réalité. Pensez à tous les détails qui vous permettront de créer un bar associatif à votre image.

Les bars associatifs les plus communs sont ceux qui possèdent une bibliothèque, un salon de thé, ou encore les bars associatifs dans les universités. Mais vous pouvez proposer des concepts un peu plus originaux comme un bar à chats ou un bar associatif qui organise des concerts et expositions.

2 — Choisir l’emplacement

Le choix de l’emplacement est l’un des points les plus importants à prendre en compte au moment d’ouvrir votre bar associatif. Choisissez si possible un endroit passant et plutôt dans le centre de la ville où vous vous implantez. Mais veillez tout de même à respecter votre budget. Il faut trouver le juste milieu entre bon emplacement et bon rapport qualité prix.

3 — Établir les prévisions financières

Faire des prévisions financières est essentiel pour se projeter sur le moyen et le long terme. Avec toutes les charges que vous avez, cela permet d’avoir un objectif de chiffre d’affaires en vue. Si vous reprenez un bar associatif existant, vous pouvez vous baser sur les documents financiers des années précédentes.

Mais si votre bar associatif est nouveau, il y a aura des écarts plus grands entre votre budget prévisionnel et votre budget réel. Pour avoir une estimation un peu plus précise, n’hésitez pas à demander à vos confrères ayant déjà un bar associatif de vous aider dans l’établissement de votre budget.

Quelles formalités pour ouvrir un bar associatif ?

Les formalités juridiques

Pour créer un bar associatif, vous devez avoir une association déclarée à la préfecture. Si votre association n’est pas encore créée, voici les démarches à effectuer :

  • rédaction des statuts ;
  • désignation du bureau (2 personnes minimum) ;
  • assemblée générale ordinaire + PV d’AG à faire chaque année ;
  • ouverture du compte bancaire associatif et d’une assurance associative ;
  • établissement des états financiers associatifs et du rapport de gestion ;
  • dépôt du dossier à la préfecture.

Vous pourrez également faire le choix de vous tourner vers une autre plateforme juridique comme LegalPlace ou CaptainContrat pour créer votre association en ligne.

Pour la rédaction des états financiers, il est conseillé de faire appel à un expert-comptable dédié aux associations. En effet, la vente d’alcool est une activité qui peut vite devenir difficile à gérer lorsqu’il faut tenir une comptabilité de caisse.

Le respect des normes « classiques » d’un bar

Les normes à respecter dans un bar sont :

  • l’obtention du permis d’exploitation. Vous avez le choix entre la licence 3 pour la vente d’alcools de moins de 18 degrés (bière, vin, etc.) et la licence 4 pour la vente d’alcools supérieurs à 18 degrés (rhum, vodka, etc.)
  • l’affichage des prix des différentes boissons alcoolisées ;
  • l’interdiction de consommation pour les mineurs ;
  • l’impossibilité de fumer à l’intérieur du bar associatif ;
  • le respect de règles pour la sécurité des personnes : évacuation en cas d’incendie, hygiène alimentaire, normes d’éclairage, etc.
Bon à savoir Si vous voulez vendre de l’alcool la nuit (entre 22 h et 8 h), un permis spécial doit être obtenu. Il est appelé « PVBAN ».

Prendre les bonnes assurances professionnelles

Il existe 2 types d’assurances professionnelles pour ouvrir un bar associatif :

Dans le premier cas, vous êtes indemnisé en cas de dommage corporel comme une intoxication alimentaire ou encore la chute d’un client dans votre bar associatif. L’assurance multirisque offre une protection plus complète. En fonction du contrat, votre local pourra être protégé de certains imprévus comme les incendies, les dégâts des eaux, le vandalisme, etc.

Toutes les assurances multirisques ne se valent pas. Pensez bien à lire les mentions cachées dans les contrats pour déterminer votre niveau de protection en cas d’aléas.

Quel budget prévoir pour ouvrir un bar associatif ?

Pour ouvrir un bar associatif, voici les différents coûts auxquels vous devrez faire face :

  • Travaux + local : entre 20 000 € et 60 000 €.
  • Trésorerie : entre 5 000 € et 10 000 €.
  • Mobilier (chaises, tables, matériel du bar) : entre 15 000 et 25 000 €.
  • Paye des salariés qui tiennent le bar : entre 6 000 € et 10 000 € (0 € si tenue du bar par les bénévoles de votre association).

Pour économiser les coûts d’installation, faites de la récupération pour le mobilier et motivez votre équipe pour s’occuper de la finition des travaux comme la peinture.

FAQ

Quelle est la différence entre un bar associatif et un bar « classique » ?

Le but d’un bar classique est de faire du profit alors qu’un bar associatif est non lucratif.

Quelles sont les formalités pour ouvrir un bar associatif accueillant du public ?

Les principales formalités pour ouvrir un bar associatif accueillant du public sont l’obtention du permis d’exploitation (licence 3 ou 4), l’affichage, la protection des mineurs et le respect des règles d’hygiène et de sécurité au sein de bar comme un éclairage adéquat.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.