Activité

Comment devenir chauffeur VTC ?

Démarches, obligations, formalités... On vous dit tout sur l'activité de chauffeur VTC !

Le nombre de VTC est en constante augmentation depuis une décennie. La démocratisation des applications comme Uber, mais également l’accélération du nombre de VTC indépendants font partie des raisons indéniables de ce succès croissant.

Bien moins coûteux que l’achat d’une licence de taxi, l’option VTC donne beaucoup de libertés au chauffeur : pas de supérieur hiérarchique, heures de travail flexibles, possibilité de travailler dans n’importe quelle région… Les avantages sont nombreux ! Vous souhaitez vous lancer dans cette aventure ? On vous donne toutes les informations nécessaires à connaître avant de commencer votre activité !

Devenir VTC en 2020 : quelques rappels

Le marché

On compte aujourd’hui plus de 30 000 chauffeurs VTC en France, dont 57% d’indépendants. Ce chiffre est même amené à doubler dans les 10 prochaines années.

Le chiffre d’affaires moyen d’un chauffeur VTC varie entre 4500 et 6500€ par mois (le CA pouvant varier selon la localisation et la période). Attention à ne pas oublier que du chiffre d’affaires sont non seulement retirées les taxes mais aussi les commissions. Chez Uber, un chauffeur VTC a un chiffre d’affaires d’environ 24,81€ par heure. En soustrayant la commission Uber, les frais de service, la TVA et les cotisations sociales, le revenu net horaire revient à 9,15€.

Sachant qu’un chauffeur VTC chez Uber travaille en moyenne 45h par semaine, le salaire moyen net d’un chauffeur VTC tourne autour de 1400 à 2100 euros selon la localisation et le nombre d’heures effectuées. En indépendant, vous économisez certes les commissions, mais vous ne bénéficiez pas d’autant de visibilité, le temps de latence entre chaque course pouvant donc être accru.

En quoi consiste le métier de chauffeur VTC ?

Bon à savoir Le terme VTC signifie « Véhicule de Tourisme avec Chauffeur » et « Voiture de Transport avec Chauffeur ».

À l’obtention de sa carte en préfecture, qui coûte 400€, un chauffeur VTC peut transporter entre 1 et 8 personnes, n’importe où en France, en tant qu’indépendant ou en tant que franchisé. Un chauffeur de taxi, lui, achète sa licence entre 100 000 et 200 000€ et ne pourra exercer que dans une zone géographique correspondant à sa licence. Autrement, le concept reste le même, le transport de passager d’un lieu à un autre.

Comment obtenir la carte VTC ?

Pour devenir chauffeur VTC, pas besoin de diplôme. Vous aurez cependant besoin de valider deux formations :

  • une formation de prévention et de secourisme civique de niveau 1 (obligatoire seulement si vous ne l’avez pas reçue dans les deux années précédant votre demande de carte) ;
  • un examen réalisé après 3h de cours portant sur la sécurité routière, les réglementations des transports, la relation client, le français et l’anglais. Vous serez dispensés de l’examen à condition d’apporter des preuves d’une expérience d’au moins un an en tant que chauffeur professionnel au cours des 10 dernières années.

D’autres conditions doivent être respectées pour obtenir votre carte :

  • disposer du permis B depuis plus de 3 ans ;
  • obtenir une attestation de capacité physique auprès d’un médecin agréé par la préfecture, via le CERFA n°14880*01 ;
  • ne pas avoir été condamné pour certains délits passibles de plus de six mois de prison, tels que les vols ou escroqueries.

Il est utile de noter qu’un délai moyen de 3 mois, variant selon les préfectures, est nécessaire pour obtenir votre carte. Afin de conserver votre carte VTC, il vous faudra suivre une formation d’une durée de 7 heures tous les 5 ans auprès d’un organisme agréé. Elle portera sur l’évolution de la réglementation, le Code de la route et les changements au niveau de la gestion des clients. 

Quelle forme juridique choisir pour devenir chauffeur VTC ?

Devenir chauffeur VTC passe nécessairement par le choix d’un statut juridique adapté. Plusieurs choix s’offrent à vous. C’est une étape importante qui aura des conséquences sur la fiscalité de votre projet.

En résumé :

  • soit vous créez une nouvelle personne morale pour limiter votre responsabilité financière au montant de vos apports (avec une société commerciale, principalement la SARL ou la SAS ou leurs versions unipersonnelles SASU ou EURL) ;
  • soit vous créez une entreprise individuelle (EI ou EIRL) pour plus de simplicité avec éventuellement le statut de micro-entreprise.

Enfin, si vous vous lancez avec des associés, vous n’aurez pas le choix : il faudra créer une société commerciale de type SARL ou SAS. Par contre si vous vous lancez seul vous aurez le choix entre EIRL, EURL ou SASU (ou bien EI sans protection).

Comment s’inscrire au registre des VTC ?

Pour effectuer votre inscription, vous devez vous rendre sur le site des registres VTC en vous munissant des documents suivants :

  • une attestation d’assurance couvrant la responsabilité civile professionnelle ;
  • une copie du justificatif de l’immatriculation de l’entreprise (KBIS ou SIREN) ;
  • une copie du certificat d’immatriculation (carte grise) pour chaque voiture ;
  • une copie (recto-verso) de la carte professionnelle VTC pour chaque conducteur.

Et pour chaque véhicule, le respect de l’une des conditions suivantes suffit :

  • un contrat de location de plus de 6 mois ;
  • une preuve de propriété ;
  • une copie conforme de votre licence DRE ;
  • un justificatif de capacité financière de 1 500€ accordé par votre banque ou par un organisme agréé par l’ACPR.

Une fois vos documents validés par le gestionnaire du registre VTC, vous serez invité à régler les frais d’inscription (170€).

Quelle réglementation pour devenir VTC ?

Il existe de nombreuses réglementations à respecter pour devenir chauffeur VTC : aptitude professionnelle, formation continue, carte professionnelle sécurisée valide, réservation préalable obligatoire des clients, inscription au registre des VTC, etc. Le chauffeur VTC est un entrepreneur indépendant. Vous pouvez donc choisir de vous inscrire sur des plateformes vous mettant en relation avec des clients.

Le choix du véhicule

Vous ne pouvez pas choisir n’importe quel véhicule pour exercer votre activité de chauffeur VTC. Quelques restrictions sont à connaître :

  • la voiture de transport avec chauffeur doit avoir entre 4 et 9 places, chauffeur compris ;
  • elle doit avoir moins de 6 ans (sauf si c’est une voiture de collection) ;
  • elle doit avoir au moins 4 portes ;
  • ses dimensions minimales sont de 4,50 m x 1,70 m ;
  • la puissance nette du moteur doit être supérieure ou égale à 84 kW.
Bon à savoir Ces conditions ne s’appliquent pas aux véhicules hybrides et électriques.

La tarification

Un VTC doit être payé à la course et son véhicule ne peut être proposé à la location à un client. Le prix total de la course peut être forfaitaire, et déterminé dès la commande, ou calculé après la prestation, en fonction du temps de trajet et de la distance parcourue. À noter que les prix sont libres et ne sont pas réglementés contrairement aux taxis.

Si vous êtes indépendant, vous aurez aussi besoin d’un terminal de paiement mobile. Si vous choisissez d’accepter les chèques, assurez-vous d’abord que votre banque les accepte car certaines banques en ligne ne proposent aucun moyen de les encaisser.

La réservation

La réservation peut se faire de la manière souhaitée, par téléphone ou sur une plateforme. Vous pouvez choisir de vous franchiser et faire partie d’un large réseau, comme Uber qui permet aux clients de passer par directement par leur application. Cependant, si vous souhaitez rester indépendant, vous pourrez rejoindre des plateformes dédiées comme IDF-VTC où les clients pourront réserver vos services directement depuis le site internet.

La vignette

Chaque véhicule doit obligatoirement afficher une signalétique Voiture de Transport avec Chauffeur (VTC), constituée d’une vignette autocollante rouge indiquant les informations suivantes :

  • le numéro d’inscription de l’entreprise au registre des VTC dans le 1er carré blanc de la vignette ;
  • le numéro d’immatriculation du véhicule dans le deuxième carré blanc.

La vignette de couleur rouge doit être conforme au modèle fixé par arrêté. Elle doit être apposée dans l’angle avant-gauche du pare-brise et à l’arrière du véhicule, dans l’angle droit opposé au chauffeur.

Les autres obligations du chauffeur VTC

Compte bancaire

Les chauffeurs VTC ont besoin d’un compte pro dans une banque pour VTC et d’une solution d’encaissement par carte bancaire. De nombreux chauffeurs VTC se tournent vers les banques en ligne afin de faire des économies. De plus, certaines banques proposent à leurs clients des terminaux de paiements, très pratiques pour encaisser vos courses, et parfois un service pour encaisser les chèques. D’autres vous proposeront aussi des cartes gratuites ou des frais de tenue de compte offerts.

Ce sera donc à vous de faire votre choix entre la multitude d’offres disponibles :

  • Qonto a l’avantage d’accepter tous les statuts juridiques. L’ouverture de compte est très simple et rapide et cette banque en ligne propose des frais de compte moins chers que certains concurrents (à partir de 9€). Vous pouvez également avoir plusieurs cartes bancaires notez seulement que vous ne pourrez bénéficier d’aucune autorisation de découvert, ni déposer d’espèces ou de chèques.
  • Shine, cible spécifiquement les travailleurs indépendants et les petites entreprises. Elle a pour avantage de proposer des frais de tenus de compte à seulement 8€ par mois. Cette néobanque accompagne les entrepreneurs dans la création de leur entreprise, propose des tarifs préférentiels pour des experts-comptables certifiés et met gratuitement à votre disposition des fonctionnalités pratiques. Certaines opérations courantes sont payantes et vous ne pouvez pas déposer des espèces ou demander un chéquier.
  • Boursorama Pro dispose de 4 offres de compte selon vos besoins et ne requiert aucune condition de revenu pour ouvrir un compte. Vous bénéficierez en plus de 80€ offerts pour l’ouverture d’un compte pro, ainsi que d’une carte Visa gratuite. Avantage considérable, il n’y a aucun frais d’ouverture, ni de gestion et fermeture de votre compte et une autorisation de découvert allant jusqu’à 4000€ mais vous ne pourrez pas effectuer de dépôt d’espèce.

Assurances

En tant que chauffeur VTC vous devez souscrire à une responsabilité civile professionnelle. En revanche, cette assurance ne couvre pas tous les cas d’accidents. Elle se déclenche uniquement selon les critères stipulés sur le contrat (à lire attentivement). Il est donc conseillé de souscrire à une mutuelle santé ou à une assurance prévoyance.

Sachez qu’il existe également des RC Pro pour les chauffeurs VTC.

La formation à actualiser

Afin de conserver votre carte VTC, il vous faudra suivre une formation d’une durée de 7 heures tous les 5 ans auprès d’un organisme agréé. Elle portera sur l’évolution de la réglementation, le Code de la route et les changements au niveau de la gestion des clients.

FAQ

Quel salaire espérer en tant que chauffeur VTC ?

Un chauffeur VTC chez Uber réalise environ 24,81€ de chiffre d’affaires horaire. Une fois la déduction de la commission Uber ainsi que les frais de service, TVA et cotisations sociales, le revenu net restant est de 9,15€ par heure. Sachant qu’un chauffeur VTC travaille en moyenne 45h par semaine, le salaire moyen net d’un chauffeur VTC tourne autour de 1400 à 2100 euros selon la localisation, et le nombre d’heures effectuées.

Peut-on devenir chauffeur Uber sans carte VTC ?

Non, il vous faudra d’abord avoir la formation de chauffeur VTC et réussir l’examen afin de devenir chauffeur Uber.

Faut-il devenir VTC indépendant ou sous une marque ?

Il est possible de faire les deux. Être indépendant vous apportera plus de libertés mais également moins de visibilité.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.