Activité

Comment devenir formateur indépendant ?

Chaque année, on compte plus de 17 millions de français qui ont recours à des formations (source : FFP). Vous pouvez bien sûr devenir formateur au sein d’un organisme mais opter pour l’indépendance vous permettra une réelle liberté et une complète autonomie dans vos méthodes. Ainsi, nous vous expliquons dans cet article toutes les étapes pour devenir formateur indépendant.

Qu’est-ce qu’un formateur indépendant ?

En tant que formateur, votre rôle est de transmettre votre savoir, grâce à des prestations intellectuelles ou de service. Le métier de formateur est un métier très varié et en constante évolution.

Le formateur, généralement externe à l’entreprise, est sollicité pour permettre aux professionnels de maîtriser des compétences complémentaires. On fait aussi appel à un formateur dans des centres de formations, des écoles ou pour l’onboarding de nouveaux arrivants au sein d’une société.

En tant qu’indépendant, le principe reste le même, sauf que vous exercez votre activité avec un statut différent de celui de salarié : formateur auto-entrepreneur, en portage salarial, ou bien avec un statut de société.

Peut-on devenir formateur indépendant sans diplôme ?

Aucun diplôme ou formation spécifiques ne sont obligatoires pour devenir formateur indépendant. Cependant, vous devrez démontrer un certain savoir-faire à vos futurs clients. Vous devez en effet avoir de réelles connaissances et posséder un niveau d’expertise dans le domaine enseigné. Idéalement, un formateur justifie d’une expérience professionnelle longue et solide (généralement de bac +3 à bac +5, voire plus encore). 

Ainsi, le suivi d’une formation reste fortement conseillé, puisqu’elle permettra de consolider votre expertise, et de vous apporter une sensibilisation pédagogique. Vous pouvez ainsi effectuer :

  • une licence professionnelle telle que la licence « Métiers de la formation de base et de l’insertion des adultes » accessible en Bac+2 ;
  • une formation certifiante d’une durée de plusieurs jours, accordant une certification reconnue par la FFP (Fédération de la Formation Professionnelle) pour environ 5000€ ;
  • une formation non certifiante, moins chère (ne dépassant généralement pas les 1000€) mais qui n’accorde qu’une attestation de fin de formation.

À vous de vous questionner sur la formation dont vous aurez besoin pour être en mesure d’assurer la meilleure formation à vos futurs clients. Si vous avez des années d’expérience dans le domaine, une formation non certifiante pourrait suffire. En revanche, si votre expertise est limitée, nous vous recommandons d’investir dans une formation attestant d’une certification pour prouver à vos clients votre crédibilité.

Pourquoi devenir formateur indépendant ?

Choisir un statut d’auto-entrepreneur ou de société unipersonnelle vous accordera plusieurs avantages mais surtout une grande liberté par rapport au salariat. En revanche, être plus autonome requiert aussi d’être plus responsable et organisé. Nous vous conseillons d’être attentif aux parties suivantes pour être sûr que l’indépendance est la bonne solution pour vous.

Les avantages de l’indépendance

Se lancer en tant qu’indépendant offre toujours des avantages. Le premier est bien sûr l’autonomie. Que ce soit sur le choix des domaines traités, des méthodes enseignées, sur le choix des clients ou même les horaires, vous serez totalement libres de décider.

De plus, le statut d’auto-entrepreneur accorde certains avantages financiers, tels que :

  • Des démarches simples : à effectuer directement en ligne et très rapidement ;
  • Une comptabilité simplifiée : la seule obligation restant la tenue d’un livre retraçant les achats et les recettes ;
  • Une exonération des cotisations : qui s’abaissent à 22,2% (au lieu de 45%) ;
  • Une exonération de la TVA : à condition que votre chiffre d’affaires annuel ne soit pas supérieur à 34 400€.

Ce n’est pas le seul statut à envisager pour devenir formateur indépendant, la SASU ou l’EURL peuvent être intéressants aussi. Pour aller plus loin :

Le statut d’auto-entrepreneur permet donc de réels avantages qui sont à prendre en compte. Bien évidemment, être indépendant vous impose de chercher vos propres clients. Sachez toutefois que vous pouvez proposer vos services à différents centres de formation et y intervenir en tant qu’indépendant.

Les qualités requises pour être formateur indépendant

Quelle que soit l’activité, un indépendant doit généralement posséder certaines qualités à la fois humaines et professionnelles indispensables pour être en mesure d’exercerser sereinement son activité. Pour un formateur particulièrement, il est fondamental de posséder :

  • Une maîtrise des méthodes d’apprentissage : qui doivent être mises en pratique très souvent lorsqu’on est formateur, à l’aide de différents concepts pédagogiques.
  • Un sens créatif et innovant : afin d’être en mesure d’expliquer des concepts plus abstraits de manière originale et innovante.
  • Une certaine disponibilité : indispensable aux yeux des clients lorsqu’on exerce en tant qu’indépendant.
  • Une passion dans le domaine : il est idéal d’être en mesure d’adapter constamment ses connaissances et ses techniques.
  • Des qualités pédagogiques : un formateur doit être en mesure d’expliquer de façon claire et surtout de s’adapter à différentes situations et à différents profils.

L’intégralité de ces qualités n’est pas indispensable chez un formateur, mais en posséder certaines vous permettra de faire du bon travail et d’être efficace dans vos séances.

Quelles sont les démarches à effectuer pour devenir formateur indépendant ?

Lorsqu’il s’agit de formateur indépendant, les réglementations sont assez précises. Il vous faudra tout d’abord effectuer les déclarations indispensables pour exercer votre activité. Vous devez tout d’abord effectuer une déclaration initiale auprès de la préfecture, dans un délai de 3 mois suivant la conclusion de votre tout premier contrat. Vous obtiendrez alors un numéro d’enregistrement.

Concernant les contrats, vous devrez établir une convention de contrat à chaque formation à des professionnels. Pour des formations à des particuliers, on parle plutôt de contrat de formation. Néanmoins, dans les deux cas, les documents doivent obligatoirement contenir :

  • Des précisions sur le service : nature, programme, durée, potentiels prérequis et diplômes, effectif, modalités de réalisation, etc ;
  • Des informations de type financières : tarif et modalité de paiement ;
  • Quelques informations sur vous : nom, informations complémentaires (telles que le numéro de téléphone).

Vous devrez également réaliser chaque année un bilan pédagogique et financier (BPF), indiquant vos différents revenus et les dépenses en matière de formations, en ligne ou par courrier avant le 30 avril.

>
Bon à savoir La certification nationale unique « Qualiopi » est devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2021. Elle permet d’attester et de la qualité des formations dispensées et permet à vos clients de bénéficier de certaines subventions. La certification vous coûtera entre 1500 et 3000 € et doit absolument être délivrée par un organisme accrédité par le COFRAC. Elle doit par la suite être renouvelée tous les trois ans.

Quel statut juridique pour exercer le métier de formateur indépendant ?

Comme expliqué plus haut dans cet article, le choix de votre statut juridique dépendra de vos besoins et de la manière dont vous souhaitez faire évoluer votre activité.

La plupart des formateurs indépendants choisissent la micro-entreprise ou bien la SASU, l’EIRL ou l’EURL. Pour résumer, la micro-entreprise est le régime le plus simple pour vous lancer, puis créer une micro-entreprise en ligne est gratuit et rapide, et les formalités de gestion sont allégées. C’est par contre un régime limitant, tant pour s’associer (c’est impossible) qu’en termes de chiffres d’affaires, ce dernier étant plafonné.

3 conseils pour réussir en tant que formateur indépendant !

1 – Créez votre entreprise

Une fois que vous aurez choisi votre statut juridique, vous devrez passer par une étape incontournable, la création de votre entreprise. Veillez à ne pas négliger cette étape car elle pourrait entraîner des complications administratives souvent coûteuses et compliquées à gérer. Pour ce faire, vous pouvez opter pour effectuer les démarches de création en ligne ou à l’aide d’un avocat ou d’un professionnel du juridique.

2 – Choissez les bons outils

Afin d’assurer une bonne gestion de votre projet, vous devrez vous équiper à minima :


3 – Faites appel à votre réseau

En tant que professionnel indépendant, il ne faut jamais hésiter à faire appel à son réseau pour décrocher quelques contrats. C’est d’autant plus valable pour le cas d’un formateur. Aujourd’hui, faire appel à un formateur est de plus en plus courant alors vos clients seront peut-être prêts à faire appel à vous si vous êtes recommandés par vos proches. La recommandation est très importante dans ce milieu, et ne doit pas être sous-estimée.

Profitez du réseau acquis par vos années d’expérience professionnelle. N’hésitez surtout pas à informer vos anciens collaborateurs de votre nouvelle activité professionnelle. Vous pourriez également promouvoir vos services sur le réseau social LinkedIn pour attirer de la clientèle.

FAQ

Qu’est-ce qu’un numéro de formateur indépendant et comment l’obtenir ?

Un numéro de déclaration est indispensable pour devenir formateur indépendant. Pour l’obtenir, vous devrez effectuer une première déclaration auprès du préfet et la compléter jusqu’à 90 jours après la conclusion de votre premier contrat.

Quel est le meilleur statut pour devenir formateur indépendant ?

Le statut juridique d’un formateur indépendant doit dépendre du projet, de sa situation professionnelle et du chiffre d’affaires estimé. Vous avez donc le choix entre créer une entreprise individuelle, une société unipersonnelle (EURL, SASU) ou opter pour le portage salarial.

Comment obtenir un agrément de formation ?

Un agrément de formation s’obtient en effectuant une demande auprès de la Direction Régionale du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Il vous faudra alors fournir deux types de bilans annuels : pédagogique et comptable.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.