Comptabilité

La solvabilité d’une entreprise : définition et calcul

Première considération des banques et autres partenaires de crédit, l’étude de la solvabilité joue un rôle prépondérant dans l’analyse financière d’une entreprise. Pourquoi est-elle si importante et comment la calculer ? Nous vous répondons ici.

Qu’est ce que la solvabilité d’une entreprise ?

Définition

La solvabilité se définit simplement par la capacité d’une entreprise, grâce à l’ensemble de ses actifs, d’honorer l’entièreté de ses dettes quelle que soit leur nature.

L’intégralité des actifs est considérée dans l’analyse de la solvabilité d’une entreprise, c’est-à-dire son entier patrimoine (biens meubles et immeubles, créances à court, moyen ou long terme)…

Il en est de même de l’autre côté pour le passif, qui prend en compte les dettes de toute nature sans notion de temporalité : dettes fournisseurs, crédits auprès des banques, paiement de la TVA ou des impôts sur les sociétés,…etc.

Différence entre insolvabilité et cessation de paiement

Une entreprise dont les actifs ne permettent pas les remboursements sus-cités est donc dite insolvable. Il est important néanmoins de ne pas confondre insolvabilité et cessation de paiement. En effet, ces deux notions sont, à tort, souvent mélangées alors qu’elles présentent des divergences de taille. Une entreprise insolvable n’est d’ailleurs pas nécessairement en cessation de paiement, et inversement une société en cessation de paiement n’est pas forcément insolvable.

Comment est-ce possible ? Simplement parce que la cessation de paiement ne prend en compte qu’une sous-partie des actifs et des dettes intégrés dans le calcul de la solvabilité. La faillite (ancien terme commun remplacé aujourd’hui par “cessation de paiement”), intervient en effet lorsque les actifs immédiatement disponibles de l’entreprise ne peuvent suffire à rembourser les dettes immédiatement exigibles.

L’état de “faillite” a été remplacé par le terme de “cessation des paiements”. Aussi, l’acte légal de “dépôt de bilan” est aujourd’hui appelé “déclaration de cessation des paiements”.

Or une entreprise insolvable, grâce à un encours de crédit, pourrait être en mesure de payer ses dettes immédiates (et donc éviter la cessation de paiement pendant un temps, mais un redressement de l’activité serait nécessaire). Et au contraire, une entreprise en cessation de paiement pourrait pourtant posséder un patrimoine (ex : biens immeubles) qui, une fois cédé, couvrirait l’entièreté des dettes et donc assurerait la solvabilité de la société.

Ces notions sont d’autant plus importantes que l’une des causes fréquentes de l’insolvabilité des entreprises sont justement des problèmes de retards ou défauts de paiement. En Avril 2021, selon le tracker Sidetrade – BFM Business, ce sont 179 Milliards d’Euros qui étaient bloqués pour cause de retards de paiement.

Différence entre solvabilité et rentabilité

Ici aussi, il est intéressant d’opposer ces notions que l’on pourrait croire identiques. Car si une entreprise rentable est forcément solvable puisqu’elle gagne de l’argent une fois toutes ses dettes payées, le contraire n’est pas forcément vrai. Une entreprise peut être solvable grâce à un patrimoine important, mais sans forcément avoir une activité assez rémunératrice pour avoir une balance positive.

Pourquoi analyser la solvabilité d’une entreprise ?

Nous avons donc pu le voir, la notion de solvabilité englobe la totalité de l’actif et du passif d’une entreprise, et constitue donc pour les partenaires financiers un très bon indicateur de risque ou de confiance.

>
Pour l’entrepreneur, savoir calculer et interpréter sa solvabilité est aussi un bon moyen de gérer les stratégies d’investissements, sans se brûler les ailes avec un endettement trop important.

Le calcul de la solvabilité intervient concrètement dans plusieurs étapes de la vie d’entreprise :

  • demande de prêt auprès des établissements de crédit
  • ouverture de capital à de nouveaux actionnaires
  • actions juridiques telles que la vente, le rachat, le redressement judiciaire ou la liquidation d’une société.
  • étude de risque avant signature d’un contrat avec un nouveau client

Comment calculer et analyser la solvabilité d’une entreprise ?

Afin d’étudier et calculer la solvabilité d’une entreprise – la vôtre comme celle d’un client, fournisseur ou autre partenaire – vous pourrez vous aider de données qualitatives comme quantitatives que vous interpréterez vous-même. Sinon, quelques services existent pour vous faciliter la tâche.

Données qualitatives

D’une part, des informations facilement consultables comme la structure, le type d’activité, le capital ou l’ancienneté d’une entreprise donnent parfois une première indication sur sa potentielle solvabilité : une entreprise à fort capital, présente depuis plusieurs dizaines d’années qui évolue sur un secteur porteur, est par exemple un bon signal sur sa solvabilité. Ces données sont assez simples à trouver gratuitement sur des sites comme societe.com ou en consultant directement le site de l’entreprise en question. 

Données quantitatives

Mais les vraies réponses se trouveront dans une analyse quantitative approfondie, qui utilise différents ratios de solvabilité que nous avons détaillés dans un autre article, dont voici les 3 principaux :

  • Ratio de solvabilité générale : il reprend la définition initiale de la solvabilité, en divisant la valeur de l’ensemble des actifs par celle de l’ensemble des dettes. Un ratio supérieur à 1 signifie que l’entreprise est solvable.
  • Ratio d’autonomie financière : un ratio plus spécifique qui se focalise sur l’importance des capitaux propres dans l’activité, en divisant la valeur des capitaux propres (capitaux injectés par les actionnaires ou l’entreprise elle-même) par le total du bilan. Plus le ratio est élevé, plus l’autonomie financière de l’entreprise sera grande, ce qui est un bon signal de solvabilité et de pérennité aux yeux des investisseurs et établissements de crédit.
  • Capacité de remboursement : la capacité de remboursement étudie une partie de la solvabilité de l’entreprise en se concentrant sur les dettes à moyen ou long terme (ex : crédits bancaires). On obtient un aperçu de cette capacité de remboursement en divisant le total des annuités d’emprunt à la capacité d’autofinancement de la société.

Où trouver les indicateurs ?

Dans le cadre de l’étude de solvabilité de votre propre entreprise, les indicateurs seront essentiellement concentrés dans votre Bilan et votre compte de résultat. Mais il est fort possible que votre besoin porte sur une entreprise autre que la vôtre (dans le cadre d’un rachat, d’un investissement ou d’une analyse de risques sur un client). Vous pouvez récupérer gratuitement  – ou du moins à bas prix – les indicateurs qui vous permettront d’effectuer ces calculs. Orientez-vous alors vers la consultation des registres du tribunal de commerce (www.infogreffe.fr). Il faut savoir que le dépôt des comptes annuels de chaque entreprise au registre est obligatoire, et environ 70% des sociétés s’y astreignent chaque année en fournissant leur bilan et leur compte de résultat.

À partir de là, vous pourrez gratuitement récupérer des données telles que le chiffre d’affaires, le nombre d’employés dans l’effectif ainsi que les différentes annonces du Bulletin Officiel des Annonces Civiles et Commerciales. Vous pourrez aussi avoir accès aux documents officiels pour des tarifs tout à fait abordables, variant selon le type et la quantité de documents demandés.

Enfin, si votre analyse financière de solvabilité porte sur un partenaire, n’hésitez pas à lui poser directement la question, de manière informelle d’abord et plus formelle si le contexte s’y prête. La transparence des réponses et leur précision vous donneront une première impression sur l’état financier de la boîte, en partant du principe qu’un dirigeant de société en bonne santé n’a rien à cacher.

Sachez que certains prestataires privés peuvent vous accompagner dans la consultation des données et même dans l’analyse de solvabilité.

Une première catégorie de sites fait un simple travail de listing des données disponibles, les vérifient et les complètent. Elles sont donc parfois plus viables que les documents disponibles sur infogreffe.fr. 

Quelques exemples :

  • Manageo.fr
  • Verif.com
  • Societe.com
  • Info-societe.com
  • Score3.fr

Une seconde catégorie, elle, regroupe des professionnels de l’information commerciale et financière. Ces prestataires exécutent ce même travail de listing, mais vont beaucoup plus loin dans la vérification et l’analyse de ces données, et y intègrent des systèmes de recommandations ainsi que de notation des sociétés. Des services aux tarifs plus onéreux mais qui vous permettront de gagner du temps.

Quelques exemples :

  • Altares
  • Coface
  • Pouey International
  • Creditsafe

FAQ

Comment vérifier la solvabilité d’une entreprise ?

Dans le cadre de l’étude de solvabilité de votre propre entreprise, les indicateurs seront essentiellement concentrés dans votre bilan et votre compte de résultat. Si votre étude de solvabilité porte sur une autre entreprise, vous devrez vous contenter des documents disponibles sur infogreffe (ou sur d’autres acteurs comme Manageo, Verif, Score3…)

Comment calculer la solvabilité d’une entreprise ?

Pour calculer la solvabilité d’une entreprise, il faudra passer par le calcul des différents ratios de solvabilité, et notamment : la solvabilité générale, l’autonomie financière, et la capacité d’auto-financement.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.