Juridique

Retraite d’un auto-entrepreneur : quels droits ?

La retraite des auto-entrepreneurs soulève bien des questions. Comment est-elle calculée, comment valider ses trimestres de retraite, quel sera le montant de la future pension, à qui s’adresser ? Qu’elle soit une préoccupation actuelle ou un concept vague pour les plus jeunes, il est important de comprendre comment elle fonctionne. Zoom sur la retraite des auto-entrepreneurs !

Comment fonctionne la retraite des auto-entrepreneurs ?

En tant qu’auto-entrepreneur, vous cotisez bien évidemment pour votre retraite, au même titre que tous les travailleurs. Toutefois, une différence majeure existe avec les salariés : vous ne validez vos trimestres de retraite qu’au-delà d’un certain chiffre d’affaires.

Les cotisations sociales

L’auto-entrepreneur bénéficie du régime micro-social, c’est-à-dire que vous réglez l’ensemble de vos charges à l’URSSAF. Ces différentes cotisations réunies en une seule déclaration sont appelées le forfait social. Il contient notamment :

  • l’assurance vieillesse ;
  • l’assurance maladie, invalidité ;
  • le congé maternité ;
  • l’assurance formation ;
  • etc.

L’URSSAF récolte vos charges et se charge de redistribuer vos cotisations aux différents organismes concernés. La partie assurance vieillesse est donc envoyée au régime général ou la CIPAV et servira à financer votre retraite de base, voire votre retraite complémentaire.

Une déclaration de CA à 0 n’entraîne aucun paiement de charges pour l’auto-entrepreneur, mais également, aucune cotisation vieillesse !

La validation des trimestres de retraite

La validation des trimestres de retraite n’est pas automatique pour les auto-entrepreneurs. En effet, travailler ne suffit pas, vous devez réaliser un chiffre d’affaires minimum. Et celui-ci dépend de la nature de votre activité. Il est alors possible de ne valider qu’une partie des trimestres de l’année civile.

Activité1 trimestre2 trimestres3 trimestres4 trimestres
Prestation de services commerciale et artisanale BIC2 412 €4 239 €6 071 €12 030 €
Commerciale, hébergement, restauration BIC4 137 €7 286 €10 426 €20 740 €
Libérale BNC2 880 €5 062 €7 266 €9 675 €
Libérale CIPAV2 280 €4 560 €6 840 €9 120 € 
Tableau de CA minimum pour valider les trimestres retraite

Ainsi, si vous êtes fleuriste et que votre CA 2021 est égal à 10 000 €, vous ne validez que 3 trimestres !

Il vous manque des trimestres de retraite ? Vous avez la possibilité d’en racheter sous certaines conditions. Vous devez vous adresser à votre caisse de retraite pour soumettre votre dossier et évaluer la pertinence de l’opération.

L’âge de départ à la retraite

L’âge minimum de départ à la retraite est identique pour les auto-entrepreneurs, les indépendants et les salariés. Il est donc possible en théorie de liquider vos droits dès 62 ans. Cependant, l’âge de départ à la retraite dépend avant tout du nombre de trimestres cotisés. Et la réforme des retraites impose un nombre de trimestres de cotisation toujours plus élevé pour bénéficier de votre retraite à taux plein. Retrouvez ci-dessous le nombre de trimestres dont vous avez besoin pour pouvoir partir à la retraite en fonction de votre année de naissance.

Année de naissanceNombre de trimestres à valider
1955-1957166
1958-1960167
1961-1963168
1964-1966169
1967-1969170
1970-1972171
1973 et après172
nombre de trimestres de cotisation par année de naissance

Comme vu précédemment, la validation des trimestres de retraite de l’auto-entrepreneur dépend de votre CA. Cela peut donc décaler sensiblement l’âge auquel vous pourrez liquider vos droits vieillesse si votre activité a connu quelques fluctuations au cours de votre carrière.

Quelle est la caisse de retraite des auto-entrepreneurs ?

Malgré la réforme du RSI, tous les auto-entrepreneurs ne dépendent pas tous de la même caisse de retraite. En effet, vous pouvez être affilié au régime général ou à la CIPAV en fonction de votre activité et de la date de création de votre micro-entreprise.

Vous êtes commerçant, artisan ou libéral hors CIPAV

Vous dépendez du régime général. Cela signifie que votre retraite sera gérée par la CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail) ou la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) selon la commune dans laquelle vous vivez.

Le régime général concerne les commerçants, les artisans, et les professions libérales hors CIPAV. Cette dernière catégorie est un peu plus complexe. En effet, depuis le 1er janvier 2018, les nouvelles auto-entreprises créées pour exercer une profession libérale non réglementée sont rattachées au régime général.

Les auto-entreprises créées avant le 1er janvier 2018 sont rattachées à la CIPAV. Vous disposez d’un droit d’option pour demander à être rattaché au régime général jusqu’au 31 décembre 2023.

Vous êtes en profession libérale réglementée

Certaines professions libérales réglementées sont rattachées à la CIPAV (Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et Assurance Vieillesse des professions libérales). Vous êtes concerné si vous exercez une des activités suivantes :

  • les architectes, architectes d’intérieur, maître d’œuvre, économiste de la construction, géomètre-expert ou ingénieur conseil ;
  • moniteur de ski, guide ou accompagnateur de haute et moyenne montagne ;
  • expert devant les tribunaux ou en automobile ;
  • guide conférencier ;
  • artiste non affilié à la Maison des Artiste ou l’Agessa ;
  • ostéopathe, diététicien, psychologue, psychothérapeute, ergothérapeute ou chiropracteur.
Vous dépendez également de la CIPAV si vous avez créé votre auto-entreprise en profession libérale avant le 1er janvier 2018.

Comment calculer la retraite de l’auto-entrepreneur ?

Réputé complexe, le calcul de la retraite de l’auto-entrepreneur n’est pas si compliqué !

Au régime général

Le calcul est (assez) simple :

Revenu annuel moyen × Taux × (nombre de trimestres validés / durée de référence)

=

Montant annuel de votre retraite

Pour faire votre calcul, vous devez connaître quelques éléments :

  • Le revenu annuel moyen correspond à vos 25 meilleures années de cotisation. À ces 25 chiffres d’affaires sont appliqués les abattements forfaitaires propres à votre activité : 34 % pour les activités libérales, 50 % pour la prestation de services et les artisans, 71 % pour les activités commerciales.
  • Le taux est de 50 % (taux plein) si vous avez validé assez de trimestres ou si vous prenez votre retraite à 67 ans. S’il vous manque des trimestres, ce taux sera minoré en fonction.
  • La retraite de base plafonnée à 50 % du PASS, soit 1 714 € par mois.

La retraite complémentaire des auto-entrepreneurs au régime général

La RCI, ou retraite complémentaire des indépendants, est calculée sur la base d’un système de points. Plus vous cotisez, plus vous en cumulez. Tout comme votre retraite de base, la retraite complémentaire ne sera complète que si vous avez validé suffisamment de trimestres !

Le calcul des points est automatique et sa valeur est revalorisée tous les ans. Ainsi, en 2021, vous cumulez 1 point tous les 17,765 € cotisés. Lors de votre départ à la retraite, tous vos points sont convertis en euros selon la valeur de service en vigueur. En 2021, le point liquidé vaut 1,208 €. Ainsi, le calcul de la retraite complémentaire est le suivant :

Nombre de points acquis x Valeur de service

=

Montant annuel de votre retraite complémentaire

À la CIPAV

A la CIPAV, le système en vigueur est la retraite à points, aussi bien pour le régime de base que pour la retraite complémentaire. Ces 2 dernières sont calculées de la manière suivante :

Nombre de points acquis x Valeur du point

Pour connaître le montant de votre retraite à la CIPAV, vous devez effectuer 2 fois ce calcul. En effet, la valeur du point est différente pour la retraite de base et pour la retraite complémentaire. En 2021, elles sont de :

  • 0,5731 € pour la retraite de base ;
  • 2,63 € pour la retraite complémentaire.

Vous obtenez alors le montant annuel de votre retraite !

>
Les professions libérales non réglementées immatriculées après le 1er janvier 2018 rencontrent un problème des cotisations des professions libérales. En effet, le forfait global de 22% ne donne pas la répartition des cotisations.

La Fédération Nationale des Auto-Entrepreneurs a relayé le projet de décret pour préciser cette répartition, et qui sous-entend qu’il n’y aurait pas de cotisation pour la retraite complémentaire, ce qui laisse présager une future hausse à venir si le décret passe !

Comment fonctionne le cumul retraite auto-entrepreneur et salarié ?

Vous cumulez activité salariée et auto-entreprise ? Votre retraite sera liquidée pour chaque régime. Pour rappel, vous ne pouvez pas cumuler plus de 4 trimestres par an. Ainsi, le calcul de votre revenu annuel moyen de vos 25 meilleures années se fait à la fois sur votre activité salariée et votre activité d’auto-entrepreneur.

Au moment de la liquidation, chaque régime indique le nombre de trimestres validés. Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, vous devez avoir cotisé le nombre de trimestres minimum toute activité confondue.

Pour connaître vos droits, vous pouvez consulter le site de l’Assurance Retraite qui regroupe tout votre parcours professionnel connu dans votre espace personnel.

FAQ

Quelle est la retraite d’un auto-entrepreneur ?

Le montant de votre retraite à taux plein est équivalent à 50 % de votre revenu moyen journalier.

Comment augmenter sa retraite auto-entrepreneur ?

Vous pouvez souscrire à un Plan Epargne Retraite Individuel ou une assurance-vie. En faisant des versements réguliers tout au long de votre carrière, vous pourrez bénéficier d’une rente complémentaire une fois à la retraite.

Guillaume Robez

Responsable éditorial

Guillaume est le co-fondateur d'independant.io. Sa spécialité ? Décrypter les offres, lire les conditions générales et les grilles tarifaires pour vous dénicher les meilleurs produits et services.