Nous choisissons les services que nous recommandons de manière indépendante. Lorsque vous cliquez sur un lien partenaire, nous touchons parfois une commission.

Compte de résultat prévisionnel

Modèle 100% Gratuit & Exemple

100% gratuit
Rédigé par un pro
Modèle à jour

Une gestion d’entreprise réussie passe en partie par votre capacité à envisager les différents scénarios financiers auxquels votre projet sera susceptible de faire face. La réalisation d’un compte de résultat prévisionnel (le fameux “prev” redouté par tous les entrepreneurs qui réalisent leur business plan) est donc un bon outil pour clarifier votre vision de l’activité et de ses potentiels résultats, à plusieurs moments clés de votre entreprise.

Qu’est-ce qu’un compte de résultat prévisionnel ?

Définition

Le compte de résultat prévisionnel – aussi appelé compte d’exploitation prévisionnel – est une projection financière présentée sous forme de tableau, qui liste l’ensemble des charges et produits qui seront susceptibles d’être associés à l’entreprise sur une période donnée. Par convention, un compte de résultat prévisionnel s’étale sur une durée de 3 exercices comptables, donc généralement 3 ans.

En dessous, il est difficile de se projeter sur le potentiel d’une activité, surtout à son lancement. Au-delà, même si quelques partenaires financiers peuvent encore exiger 5 ans, les projections risquent d’être trop éloignées de la réalité.

Le compte de résultat prévisionnel rentre dans une analyse prévisionnelle plus globale qui comprend aussi le bilan prévisionnel et le plan de trésorerie.

Utilité

Pourquoi se projeter dans le futur de son entreprise ? D’abord, il convient de préciser que le compte de résultat prévisionnel est un outil presque incontournable à deux étapes de la vie d’une entreprise : avant son lancement, et en phase de recherche de financements (levée de fonds, financements non-dilutifs…).

>
À ces moments clés, il faut pouvoir montrer de manière objective le potentiel de croissance et de rentabilité de votre projet, ainsi que sa solidité face aux coûts d’exploitation.

Il est donc important d’estimer le volume de chiffre d’affaires, les coûts fixes et variables de votre entreprise, afin d’en extraire des indicateurs utiles à vos futurs partenaires financiers et à vous-même concernant l’entreprise. Voici quelques exemples d’indicateurs utiles issus d’un compte d’exploitation prévisionnel :

  • Le point mort (ou seuil de rentabilité): le volume de chiffre d’affaires à atteindre pour arriver à l’équilibre, avant de commencer à être rentable
  • Le taux de marge : Il permet de connaître le ratio de profitabilité par unité de production (produit, prestation) en fonction des coûts directs et indirects associés.
  • L’EBE, L’EBITDA : L’un français, l’autre américain, ces deux indicateurs assez proches dans leur calcul permettent de mesurer la rentabilité future de l’entreprise.

Néanmoins, l’utilité d’un compte de résultat prévisionnel prendra tout son sens si vous le construisez de manière dynamique. Par dynamique, on entend le fait de pouvoir manipuler certaines données pour construire des scénarios financiers distincts, et ainsi estimer la viabilité et le potentiel d’une entreprise dans divers contextes. On parle souvent de prévisionnels en 3 scénarios : optimiste, pessimiste, réaliste.

Modèle de compte de résultat prévisionnel gratuit

Retrouvez et téléchargez gratuitement notre modèle Excel de compte de résultat prévisionnel en suivant ce lien.

Ce modèle fiable est fourni à nos lecteurs par notre partenaire Fygr.

Quelles alternatives au modèle de compte de résultat prévisionnel ?

Alternativement à l’utilisation d’un modèle compte de résultat prévisionnel sur Excel, plusieurs autres solutions existent. Le choix de l’outil pour créer votre compte de résultat prévisionnel va surtout dépendre de votre activité, de la structure juridique de votre entreprise, de son ancienneté (ou sa date de création). Fygr, qui fournit le modèle ci-dessus, est un choix réputé.

logo Fygr
Essai gratuit
  • Prévisionnel
  • Rapprochement bancaire

L’avantage d’un logiciel de gestion de trésorerie est que l’on est guidé pas à pas, avec un grand nombre d’automatisations, et on obtient un résultat professionnel et illustré par des graphiques. Votre expert-comptable local ou expert-comptable en ligne est également un allié de choix dans la construction de cet outil. Son expertise mais aussi son regard extérieur assurent la fiabilité des données et ses conseils complètent les informations retranscrites par le prévisionnel.

Comment construire son compte de résultat prévisionnel ?

1) Estimer ses produits (haut de tableau)

  • Produits d’exploitation : C’est votre chiffre d’affaires prévisionnel, calculé en multipliant le volume de vente de chaque produit par son prix de vente hors-taxe.
  • Autres produits exceptionnels et financiers : N’oubliez pas d’intégrer vos autres sources de revenus pour l’entreprise, notamment les produits exceptionnels comme les diverses subventions que vous pourriez obtenir, ou encore les produits financiers (placements réalisés dans le cadre d’une activité déjà existante).
Le compte de résultat se présente toujours hors-taxes, contrairement au plan de trésorerie qui est présenté TTC.

Dans un prévisionnel établi en phase de lancement, l’estimation du chiffre d’affaires peut s’avérer ardue. C’est pourquoi une étude de marché solide à intégrer au préalable dans votre business plan vous aidera dans vos projections. Cibler correctement votre clientèle type, analyser la saisonnalité de votre activité, scruter les données des autres acteurs de votre marché sont autant de pratiques qui vous aiguilleront vers un prévisionnel réaliste et objectif.

2) Recenser les charges (milieu de tableau)

  • Charges fixes d’exploitation : ce sont toutes les charges prévisionnelles qui ne varient pas en fonction de votre volume de vente. On peut y classer par exemple les charges locatives (bureaux, véhicules), les abonnements logiciels et internet, les salaires (seulement le “fixe”), les assurances, les prestations récurrentes comme la comptabilité ou le juridique,…etc.
  • Dotations aux amortissements : Bien que ces charges soient considérées comme fixes, elles méritent une explication plus détaillée. Si votre activité prévoit d’investir dans un bien immobilisé (matériel informatique, outillage, construction), il est très probable que celui perde de sa valeur au fil des années. La somme d’argent inhérente à cette perte de valeur sur un exercice comptable est appelée dotation aux amortissements, et elle est imputable au résultat comptable.
  • Charges d’exploitation variables : Ce sont toutes les charges dépendantes du volume d’activité. On peut y intégrer les achats de matières premières, les frais de transporteur ou encore les salaires variables.
  • Charges financières : À l’inverse des produits financiers issus de placements, les charges financières résultent des intérêts de prêts bancaires, de remboursements de CCA (comptes courants d’associés) et autres opérations financières inhérentes à l’entreprise.
  • Charges exceptionnelles : Difficilement estimables à la création d’une entreprise, elle résultent d’imprévus non-associés à l’exploitation normale de la société, comme des amendes, des frais de recouvrements ou encore des pénalités de paiements suite à des impayés.
  • Impôts et taxes : Eux-aussi de nature variable, il s’agit des impôts comme la CFP (contribution à la formation professionnelle), la taxe d’apprentissage ou encore la CFE (contribution foncière des entreprises). Nous les excluons des charges d’exploitation car ils sont retranchés plus tard aux calculs des résultats.

3) Calculer les ratios (bas de tableau)

RatioCalculUtilité
Résultat d’exploitationChiffre d’affaires
– Charges variables d’exploitation
– Charges fixes d’exploitation
– Dotations aux amortissements
Résultat opérationnel, donc directement associé à l’activité de l’entreprise. On y intègre donc les produits et charges d’exploitation.
Résultat financierProduits financiers
– Charges financières
Ce résultat se focalise sur les opérations financières de l’entreprise
Résultat exceptionnelProduits exceptionnels
– Charges exceptionnelles
Logiquement, ce ratio s’intéresse à la différence entre produits exceptionnels et charges exceptionnelles
Résultat courantRésultat d’exploitation
+ Résultat financier
+ Résultat Exceptionnel
C’est l’aggrégat des 3 résultats calculés précédemment. Dans les faits, et surtout sur un compte de résultat prévisionnel avant création de l’entreprise, on aura un résultat courant très proche du résultat d’exploitation, du fait de résultats financiers et exceptionnels souvent marginaux.
Résultat netRésultat Courant
– Impôts et taxes
Dernier calcul de cette liste et dernière ligne de votre compte de résultat prévisionnel, le résultat net est aussi souvent l’indicateur privilégié de vos futurs partenaires financiers. Il correspond au résultat courant retranché des impôts et taxes.
Les différents ratios financiers

FAQ

Quelle est la différence entre EBE, EBIT et EBITDA ?

Si l’EBE (Excédent Brut d’Exploitation) est une notion comptable française et normalisée, l’EBIT (Earnings Before Interest & Taxes) et l’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, & Amortization) sont des notions américaines et qui peuvent donc générer un certain flou autour de leur calcul sur des notions comptables françaises. Voici comment vous en démêler :

L’EBE s’apparente au résultat d’exploitation, qui prendrait néanmoins en compte les impôts et taxes mais pas les dotations aux amortissements. Il correspond exactement à la notion américaine de GOS (Gross Operating Surplus). Le calcul est EBE = Produits d’exploitation – Charges d’exploitation – Impôts et taxes

L’EBITDA quant à lui, a deux différences majeures avec l’EBE : il ne prend pas en compte les impôts et taxes mais inclus les résultats financiers et exceptionnels. Son nom est d’ailleurs assez logique : on additionne tous les bénéfices avant impôts et amortissements. Voici deux manières de l’exprimer : EBITDA = EBE + Impôts et taxes + Résultat financier + Résultat exceptionnel = Résultat Courant + Dotations aux amortissements.

L’EBIT, enfin, est une autre manière de désigner le résultat courant, car comme son nom l’indique il s’agit de l’ensemble des revenus de l’entreprises après dotation aux amortissements, mais avant impôts. On peut voir régulièrement l’EBIT comparé au Résultat d’exploitation. Ceci est vrai si on considère que les résultats financiers et exceptionnels sont nuls, ce qui est de facto souvent le cas dans un prévisionnel en vue d’une création d’entreprise. Or dans ce cas, le Résultat d’exploitation = Résultat courant = EBIT.

Compte de résultat prévisionnel ou bilan prévisionnel ?

Dans un prévisionnel global, les notions de compte de résultat et de bilan se complètent. Le compte de résultat est une analyse des flux entre deux dates (ex: un exercice comptable), alors que le bilan est un cliché de l’entreprise et de son ratio actif/passif à une date donnée. Le résultat net issu du compte de résultat sera réintégré dans les capitaux propres, au passif au Bilan.