Devenir Travailleur Indépendant en France en 2018

D’après le Service Public, le travailleur indépendant en France se distingue du salarié par l’absence de contrat de travail. Une définition large qui regroupe de nombreuses professions.

Quelles sont les professions les plus fréquentes ?

  • commercial indépendant
  • professions libérales
  • freelance indépendant (graphiste, développeur, SEO, contenu, CM…)
  • commerces
  • formateur indépendant
  • services à la personne
  • consultant indépendant

Ce ne sont que quelques exemples, on pourrait aussi citer les artisans ou les agriculteurs qui appartient souvent à la catégorie des travailleurs indépendants.

Quels sont les avantages à devenir travailleur indépendant ?

  1. Être son propre patron
  2. Gérer son emploi du temps comme on l’entend
  3. Diversité du travail

Quels sont les inconvénients les plus cités par les travailleurs indépendants?

  1. Sécurité de l’emploi
  2. Revenus souvent irréguliers
  3. Demande beaucoup d’organisation

Quel statut juridique choisir ?

On y a déjà un peu répondu ici, il faut pour cela vous poser les questions suivantes :

  • Entreprenez-vous seul ou à plusieurs ?
  • Voulez-vous limiter votre responsabilité ?
  • Quel statut de dirigeant voulez-vous ?
  • Votre profession est-elle soumise à une réglementation spéciale ?
  • Quelles sont vos ambitions de croissance (Chiffre d’Affaire)

Pour les consultants indépendants, vous pouvez aussi opter pour le portage salarial (= être salarié indépendant), idéal pour ceux qui veulent à la fois sécurité et autonomie.

Les démarches pour se lancer sont-elles complexes ?

Les démarches pour devenir auto-entrepreneur sont très simples et rapides, et même gratuites si l’on passe par le portail officiel. Découvrez en détail la démarche à suivre. Pour ceux qui ne voudraient quand même pas faire les démarches seuls, il est possible de passer par différents sites qui s’en chargent pour une cinquantaine d’euros.

Créer sa société est un peu plus complexe, et les démarches sont plus longues et plus coûteuses. Cependant, grâce aux nombreux modèles de statuts existants sur Internet et si vous vous donnez les moyens, ce n’est pas si compliqué de tout faire tout seul. Idem, moyennant un coût variable (150-300€), vous pourrez aussi vous faire accompagner par de nombreux sites spécialisés dans l’aide juridique (Legalstart, Legalife, Legalvision…) ou bien encore par des avocats, experts juridiques ou même expert-comptable.

Quelle fiscalité pour les travailleurs indépendants ?

La fiscalité à laquelle vous serez soumis (IS ou IR) découle du statut choisi au départ. Gardez-juste en tête que les deux sont possibles, donc si vous avez une préférence ce sera un critère déterminant pour votre choix de statut.

Quelles sont les obligations légales en terme de compte bancaire professionnel ?

Là encore, cela dépend du statut choisi au départ.

Les sociétés à capital social (EURL, SA, SAS, SARL…) ont le besoin et l’obligation d’ouvrir un compte professionnel au moment de leur création pour déposer leur capital social. En effet, le certificat de dépôt de fonds, délivré par la banque au moment du dépôt de capital social est nécessaire pour pouvoir ensuite immatriculer sa société.

Quant aux entreprises individuelles (auto-entreprise et EIRL), elles ont l’obligation d’avoir un compte bancaire dédié, à la nuance que ce compte n’a pas besoin d’être une offre pro. Elles peuvent ainsi bénéficier des tarifs avantageux des offres proposées aux particuliers (banques en ligne notamment).

Quel que soit votre statut, nous vous conseiller ensuite de comparer les frais et services des banques qui varient énormément d’une banque à l’autre.

Cumuler travail indépendant et chômage ?

De plus en plus de salariés quittent leurs emplois pour se lancer dans l’aventure du travail indépendant. Certains partent avec une rupture conventionnelle (ou un licenciement) et profitent de cette opportunité pour créer leur entreprise.

Ils ont alors le droit, sous certaines conditions :

  • de conserver tout ou partie de leurs ARE (Aide au Retour à l’Emploi);
  • ou bien de demander l’ARCE (Aide à la Reprise ou Création d’Entreprise de 45% du montant de l’ARE restant).

Assurance-chômage et travailleurs indépendants

Encore aujourd’hui, un grand nombre de travailleurs indépendants ne peut prétendre à l’assurance-chômage, et même si on sait qu’une loi est prévue pour assurer un minimum à tout le monde, cette réforme n’est pas encore là et fait déjà débat. Renseignez-vous bien sur le sujet avant de vous lancer.


Pour aller plus loin sur la question, voici 3 ressources qui vous aideront à vous lancer


1. Guide devenir indépendant – Le Journal du Net

Un guide mis à jour fréquemment qui fournit de nombreuses infos sur les formalités juridiques et administratives;

2. Devenir consultant indépendant – Le Coin des Entrepreneurs

Le Coin des Entrepreneurs propose un article intéressant pour ceux qui veulent devenir consultant indépendant avec de bon conseils notamment sur le Business Plan. Mis à jour régulièrement; Ils font référence en terme de conseils et informations aux entrepreneurs, et vous trouverez aussi de nombreux livres blancs à télécharger.

3. Livre blanc – L-Expert-Comptable.com

L-Expert-Comptable.com accompagnent les entrepreneurs depuis 2009 déjà, et proposent entre autres un livre blanc assez complet (35 pages!) pour ceux qui désirent entreprendre en tant qu’indépendant. On recommande.


Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire.